Divers

Pourquoi docteurs ? Marisol Touraine soulève une tempête à Gustave Roussy

il y a 4 mois, par Info santé sécu social

Par Stéphany Gardier

La dernière ligne droite avant la prochaine élection présidentielle est maintenant amorcée, et il semblerait que certains membres du gouvernement profitent de ces derniers mois pour « placer » certains de leurs proches collaborateurs. Ce serait notamment le cas, selon Le Parisien, de Ségolène Royal et de Marisol Touraine. Cette dernière serait à l’origine d’une véritable tempête à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif (Val-de-Marne).

C’est le remplacement de Charles Guépratte, directeur adjoint du centre d’oncologie, qui a mis le feu aux poudres. Dès l’annonce son départ, en août dernier, pour prendre la direction du CHU de Nice, la ministre de la Santé aurait fait savoir qu’elle avait un candidat à proposer, Frédéric Varnier, conseiller de son cabinet. Problème : le directeur de Gustave Roussy, le Pr Alexander Eggermont, avait déjà une idée bien précise de qui serait son futur adjoint. Il a donc plaidé pour la candidature de Cédric Arcos, directeur d’hôpital et directeur adjoint de la Fédération hospitalière de France (FHF).

Si la situation s’est depuis envenimée, c’est que la ministre n’aurait pas prêté une oreille très attentive à la demande du Pr Eggermont. Pire, elle aurait déjà fait rédiger l’arrêté ministériel de nomination de Frédéric Varnier, laissant simplement en blanc la date de publication ! Une indélicatesse qui ne passe pas du côté de la direction de Gustave Roussy. « Mais que vient faire la ministre dans cette affaire ! C’est ahurissant, s’agissant d’un établissement privé », s’étonne, dans les colonnes du Parisien, l’administrateur civil de Gustave Roussy, Jean-Pierre Davant.

Et pourtant. L’Institut est bel et bien un établissement privé, mais le directeur adjoint est toujours nommé par le ou la ministre de la Santé, a fait savoir le ministère. Un fait auquel la direction de l’IGR oppose qu’historiquement, c’est toujours le directeur de l’Institut qui a choisi lui-même son adjoint.

Un Conseil d’administration extraordinaire a été convoqué pour le 14 décembre prochain. Pas sûr qu’il soit très utile pour dénouer le conflit, car l’ordre du jour communiqué aux intéressés stipule, selon Le Parisien : « Nomination de Frédéric Varnier en tant que directeur général adjoint de Gustave-Roussy ». Celle qui vient de battre le record de « longévité », en tant que ministre de la Santé, et qui a résisté à la pression des médecins libéraux des mois durant en 2015, ne semble pas prête à fléchir dans les derniers mois de son mandat…