L’industrie pharmaceutique

RFI - France : six salariés d’un laboratoire pharmaceutique en grève de la faim

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

JACQUES DEMARTHON / AFP

Six salariés français du laboratoire pharmaceutique japonais Daiichi Sankyo observent depuis mardi 13 décembre une grève de la faim pour obtenir de meilleures conditions de licenciement. Le laboratoire a lancé un plan social à la suite d’une perte d’accès au marché français de ses médicaments.

Sur 300 salariés en France le laboratoire japonais entend se séparer de 284 personnes, soit l’ensemble des visiteurs médicaux et une soixantaine de salariés du siège.

Ce plan social est lié au déremboursement par l’assurance-maladie d’un médicament du laboratoire contre l’hypertension et le report par les autorités sanitaires de la mise sur le marché d’un autre médicament du laboratoire, un anticoagulant.

Les salariés exigent de meilleures conditions de départs que les 175 000 euros par salarié en moyenne selon l’âge et l’ancienneté proposés par la direction. Un montant contesté par l’avocat des représentants du personnel, Thomas Hollande, le fils du président de la République.

Les salariés souhaitent notamment des améliorations pour les plus de 55 ans et des aides à la reconversion. Ils demandent aussi la revente de la licence de l’anticoagulant Lixiana au laboratoire français Majorelle qui serait disposé à reprendre entre 50 et 100 salariés. Pour faire pression sur la direction de Daiichi Sankyo 6 salariés sont donc en grève de la faim depuis 4 jours.