La santé au travail. Les accidents de travail et maladies professionnelles

Santé & Travail - Marisol Touraine veut prendre soin des soignants

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Après plusieurs suicides d’infirmiers cet été et une grève contre la dégradation des conditions de travail à l’hôpital, il y avait urgence pour la ministre de la Santé. Marisol Touraine vient d’annoncer une stratégie d’amélioration de la qualité de vie au travail.

« Prendre soin de ceux qui nous soignent » : tel est l’intitulé de la stratégie nationale d’amélioration de la qualité de vie au travail des soignants qui a été présentée le 5 décembre dernier par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en réponse à la crise sociale qui dure depuis des mois chez les professionnels de santé.

Le premier volet de cette stratégie concerne les professionnels exerçant en établissements sanitaires et médico-sociaux ; le second sera dévoilé en début d’année prochaine et portera sur les professionnels de santé libéraux. Un observatoire national de la qualité de vie au travail, présidé par un expert et composé de représentants des professionnels et des établissements, proposera des orientations stratégiques.

Mieux prévenir les RPS

Chaque groupement hospitalier de territoire va se doter d’un service de santé au travail, avec une équipe pluridisciplinaire composée de psychologues, d’assistants sociaux et de conseillers en prévention des risques professionnels. L’accent est mis sur la prévention des risques psychosociaux (RPS) à travers plusieurs engagements : une formation sur la souffrance au travail dès les premières années d’études, un guide de prévention des RPS à destination des internes et un signalement obligatoire des suicides et tentatives de suicide avec déclenchement immédiat d’une enquête.

Un médiateur national, chargé de coordonner des médiateurs régionaux, sera bientôt nommé pour traiter les situations conflictuelles, notamment les cas de harcèlement moral. Une négociation spécifique sur le travail de nuit devrait aboutir à des revalorisations salariales.

Une stratégie « superficielle » ?

Les réactions syndicales et ordinales ont été immédiates. Si la CFDT Santé Sociaux se dit satisfaite que « les propositions [qu’elle avait] faites au ministère dès 2011 » aboutissent enfin, la fédération Santé de la CGT dénonce quant à elle l’absence de calendrier et doute de la faisabilité du plan en raison des échéances électorales. Pour sa part, l’Ordre national des infirmiers critique une stratégie « superficielle », qui « consiste surtout à déployer des moyens pour tenter de convaincre les infirmiers que les restructurations, la polyvalence imposée, la gestion technocratique des hôpitaux sont une bonne chose ». Enfin, la Coordination nationale infirmière (CNI) pose la question de la cohérence des textes : « Bon nombre d’hôpitaux appliquent, quel qu’en soit le prix, les injonctions du même ministère sur les contrats de retour à l’équilibre financier. »