Politique santé sécu social du gouvernement

Sciences et Avenir - La désinformation scientifique va-t-elle rentrer à l’Élysée ?

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Article repris du site AntiK : http://www.anti-k.org/

Le Pr Amine Benyamina, président de la Fédération Française d’Addictologie (FFA) et le Dr Alain Rigaud, président de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA), réagissent à la nomination d’Audrey Bourolleau comme conseillère Agriculture du président de la République.

La nomination d’Audrey Bourolleau, ex-directrice générale de Vin & Société, le plus important lobby de l’alcool, comme conseillère Agriculture du président de la République, a entraîné des protestations publiques de l’ensemble de la communauté des professionnels de l’addictologie, qu’il s’agisse des universitaires, des professionnels du soins et de la prévention ou des associations d’usagers. Ils ont tous souligné le risque évident de conflit d’intérêts entre la défense de l’intérêt général, la santé publique, et la représentation des intérêts privés pour cette responsable dynamique qui a développé son lobby en utilisant des méthodes et des arguments qui s’inspirent des bonnes vieilles pratiques de l’industrie du tabac, avec les résultats que l’on connait.

Parmi ces méthodes de lobbying contestables, figure en bonne place la désinformation scientifique. Face aux publications des chercheurs qui établissent les dangers du tabac ou de l’alcool, la technique la plus éprouvée consiste à produire ses propres études et à instiller le doute sur les études scientifiques défavorables au secteur économique.

Vin & Société, sous la houlette d’Audrey Bourolleau, a appliqué à la lettre cette recette classique, comme on peut le constater à la lecture de son site. Face au consensus de la communauté scientifique sur les conséquences sanitaires de la consommation d’alcool (cancers, maladies cardio-vasculaires, maladies neurologiques…), Vin & Société publie sa propre étude sur l’analyse de la littérature scientifique dont la méthodologie caricaturale la disqualifierait immédiatement si elle n’était pas portée par un lobby aussi puissant. Qu’on en juge :
◾Le nom des auteurs de l’étude n’est pas public, sinon que le travail a été réalisé par le cabinet de consultants Alcimed,
◾Les critères de sélection des 558 travaux scientifiques publiés entre 2007 et 2015 et analysés par Vin & Société ne sont pas détaillés, si bien qu’une étude bidon peut être mise sur le même plan qu’un travail sérieux,
◾Sur cette base totalement tendancieuse, 8 études suffisent à Vin & Société pour déclarer qu’il y a un consensus scientifique, et 2 études qu’il y a une « piste émergente ».

C’est ainsi que Vin & Société aboutit à des conclusions en contradiction totale avec l’ensemble de la communauté scientifique :
◾La consommation modérée de vin serait bénéfique dans la survenue du cancer colorectal ou de l’œsophage,
◾L’effet sur les cancers des voies aéro-digestives supérieurs serait « une controverse »,
◾« Un niveau de piste sérieux » indiquerait « que la consommation modérée de vin aurait des effets bénéfiques sur la mortalité totale ».

Il suffit de rappeler que les experts réunis récemment par Santé Publique France et par L’Institut national du cancer, à la suite d’autres travaux internationaux, ont rappelé qu’il n’y avait pas de consommation d’alcool (et donc de vin) sans risque de favoriser la survenue de cancer, sans parler des maladies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques, etc.

Si la nomination d’Audrey Bourolleau est un mauvais présage pour les acteurs de santé, car dans sa fonction elle aura inévitablement à se prononcer sur des mesures telles que l’encadrement de la publicité ou la promotion des alcools sur Internet, elle peut aussi inquiéter légitimement la communauté scientifique puisque, avec elle, une « vérité alternative » pourrait s’installer à l’Elysée.

Par le Professeur Amine Benyamina, président de la Fédération Française d’Addictologie (FFA) et le Docteur Alain Rigaud, président de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA)