Luttes et mobilisations

Sud santé Béclère - Des moyens pour les urgences de l’hôpital Béclère

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Adressée à Directrice GH Paris Sud Elsa Genestier et 2 autres

Le 10 octobre dernier, les personnels des urgences adultes (médico-chirurgicales) de l’hôpital Antoine Béclère de Clamart (92) adressent un courrier à la direction pour alerter des difficultés à exercer au quotidien et demandent un rendez-vous. Un mois passe...sans réponse ! Quel mépris ! Voici une belle démonstration du dialogue social tant revendiqué par M. HIRSCH, Directeur général de l’AP-HP.

Depuis le 25 novembre, les personnels sont en grève reconductible pour obtenir les moyens nécessaires au bon fonctionnement du service. Le quotidien est devenu catastrophique. Le manque d’effectif récurrent pénalise les patients et la qualité des soins et, engendre l’épuisement physique et moral des équipes qui n’ont plus l’impression de faire correctement leur travail.
Les 15 chambres sont systématiques doublées (mais équipées pour un seul patient !) ; les couloirs intérieur et extérieur au service accueillent les patients de tous âges et de toutes pathologies, alors que des lits sont disponibles dans les services d’hospitalisation. Certains médecins privilégient les patients ne nécessitant pas une prise en charge trop lourde pour ne pas pénaliser leur activité au détriment des patients.

Cette situation engendre une insécurité certaine pour les patients, une intimité réduite à néant, une surcharge d’activité pour les équipes qui parfois doivent aller « dépanner » d’autres services eux-mêmes en sous-effectif.
Les services de chirurgie autorisent des transferts « extérieurs » sans place disponible dans leur service et forcent un hébergement aux urgences.

L’activité (actuellement de plus de 150%) a considérablement augmenté ces dernières années avec toujours moins de personnels, des postes vacants, des congés maternité non remplacés, des congés non pris, des rappels à domicile etc. Les hospitaliers sont à bout, épuisés, en burn-out. Les intérim internes et les heures sup explosent !

Rappelons qu’avant même la mise en place des 35h , notre hôpital était déjà sous doté.

Et pourtant, nos chers technocrates gracieusement rémunérés prévoient la fermeture de 16000 lits et 22000 agents en moins dans la Santé en 2017.
Les professionnels sur le terrain constatent que ce schéma est inapplicable si l’on replace l’« humain » au cœur de l’Hôpital.

En effet, une maltraitance institutionnelle s’est installée au sein du service des urgences adultes de l’hôpital : des conditions de travail dégradées et dénoncées comme jamais, une prise en charge du patient et une qualité de soins qui sont de fait, très discutables ! Pire, la direction décide pendant la grève alors que l’affluence est à son maximum (3 fois la capacité !!!) de baisser le nombre de soignants nécessaire pour le service minimum pour pénaliser financièrement les agents grévistes et aussi les patients qui auront encore moins de soignants disponibles... Les patients continueront de subir les brancards dans les couloirs pendant des heures et la toilette devant tout le monde sans aucune intimité !

L’hôpital subit les plans d’austérité successifs, les restrictions budgétaires imposées qui le détournent de sa mission essentielle de service publique. Les personnels hospitaliers demandent des moyens humains et matériels nécessaires pour exercer dans de bonnes conditions.

C’est pour cela qu’ils ont besoin de vous, de votre soutien, de votre signature, merci. On compte sur vous

Cette pétition sera remise à :
Directrice GH Paris Sud
Elsa Genestier

DRH groupe Hospitalier Paris Sud
Erik Domain

Directeur Général de l’AP-HP
Martin Hirsch

https://www.change.org/p/martin-hirsch-des-moyens-pour-les-urgences-de-l-hôpital-béclère