Maghreb

Tunisie : Victoire des salarié-e-s de l’hôpital de Sfax

il y a 4 mois, par infosecusanté

Tunisie : Victoire des salarié-e-s de l’hôpital de Sfax

mardi 18 octobre 2016, par Divers media

Sommaire

La ministre Samira Merai (...)
Retour sur ce conflit

Les salarié-e-s de l’hôpital public et leur organisation syndicale ont remporté une importante victoire.
Après plus de 13 mois de lutte, ils/elles ont contraint la coalition gouvernementale néo-libérale dirigée par des notables de l’ancien régime et les islamistes d’Ennahdha à céder :
- le directeur militaire nommé en septembre 2015 à la tête de l’établissement est « dégagé » et remplacé par un civil,
- tous les salariés sanctionnés dans le cadre de cette lutte sont réintégrés avec le paiement rétroactif de leurs salaires et le retrait de toutes les poursuites judiciaires à leur encontre.

Alain Baron, Union syndicale Solidaires.

La ministre Samira Merai cède aux pressions du syndicat et limoge le directeur du CHU Habib Bourguiba de Sfax

http://www.businessnews.com.tn/samira-merai-cede-aux-pressions-du-syndicat-et-limoge-le-directeur-du-chu-habib-bourguiba-de-sfax,525,67711,3

Nous avons appris de sources bien informées, ce soir du mardi 18 octobre 2016, qu’un accord a été conclu entre le ministère de la Santé et l’UGTT, en vertu duquel il a été décidé le changement du directeur « militaire » de l’hôpital universitaire Habib Bourguiba de Sfax par un cadre « civil ».
L’accord stipule, également, la réintégration de tous les employés, le paiement rétroactif de leur salaire et le retrait de toutes les poursuites judiciaires à leur encontre.
Rappelons, qu’un bras de fer a été engagé entre l’ancien ministre de la Santé, Said Aïdi et le syndicat, à cause de la nomination d’un directeur issu de l’institution militaire à la tête du CHU Habib Bourguiba de Sfax.

Retour sur ce conflit

3 septembre 2015
Sfax : Protestation contre la nomination d’un cadre militaire à la tête du CHU Habib Bourguiba
http://www.lapresse.tn/article/sfax-protestation-contre-la-nomination-d-un-cadre-militaire-a-la-tete-du-chu-habib-bourguiba/94/5015

Des agents et employés du centre hospitalo-universitaire Habib Bourguiba à Sfax ont observé jeudi un sit-in devant le hall de l’hôpital afin d’exprimer leur refus de la décision du ministre de la santé publique, concernant la nomination du colonel Sami Tounsi, à la tête de la direction de l’hôpital.
Le secrétaire général de la section universitaire de la santé relevant de l’UGTT, Adel Zouaghi a déclaré à la correspondante de la TAP à Sfax, que les cadres du CHU Habib Bourguiba font front commun pour défendre le caractère civil de cet hôpital et refusent qu’un établissement public soit dirigé par un cadre militaire. Il a souligné que la réforme du secteur de la santé dans le gouvernorat de Sfax passe par la mobilisation des ressources humaines, le renforcement de l’infrastructure, et non par la « militarisation » des établissements sanitaires publics. Zouaghi a précisé que ce mouvement de protestation pourrait connaitre une escalade tant que cette nomination n’a pas été annulée.

16 septembre 2015
Un important dispositif sécuritaire déployé pour le nouveau directeur de l’hôpital régional de Sfax
http://www.businessnews.com.tn/un-important-dispositif-securitaire-deploye-pour-le-nouveau-directeur-de-lhopital-regional-de-sfax,520,58956,3

Le nouveau directeur, nommé à la tête de l’hôpital de Habib Bourguiba, vient de prendre ses fonctions aujourd’hui, mercredi 16 septembre 2015 « par la force publique ». C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général adjoint du syndicat de la santé de l’hôpital, Abidi Kébili, qui a affirmé que les employés de l’hôpital ont été « surpris » aujourd’hui vers 7h45 ce matin, de voir le nouveau directeur entrer accompagné d’un « impressionnant dispositif sécuritaire », et ce, afin de « se donner en spectacle », dit-il.
On rappellera que la nomination, par Saïd Aïdi, ministre de la Santé, du nouveau directeur de l’hôpital de Sfax a suscité les contestations du syndicat régional vu que ce dernier appartient au corps militaire.
Cette prise de fonction est « refusée catégoriquement au sein de l’établissement, mais aussi au niveau régional et national », dit-il, affirmant que le personnel de l’hôpital de Habib Bourguiba à Sfax tient à ce que l’institution demeure « 100% républicaine » et ne soit pas gérée par un militaire.
Plus tard dans la journée, plusieurs membres du staff médical de l’hôpital régional ont annoncé leur entrée en sit-in ouvert ( = sans limitation de durée) jusqu’à ce que cette nomination soit révisée.

17 septembre 2015
Sfax - Le directeur-militaire de l’hôpital Habib Bourguiba quitte les lieux, mais…
http://www.businessnews.com.tn/sfax-le-directeur-militaire-de-lhopital-habib-bourguiba-quitte-les-lieux-mais,520,58996,3

Un important dispositif sécuritaire déployé pour le nouveau directeur de l’hôpital régional de Sfax
Le bras de fer continue à propos de la nomination d’un militaire en tant que directeur de l’Hôpital Habib Bourguiba de Sfax. Dans une déclaration accordée à Radio Shems Fm, aujourd’hui jeudi 17 septembre 2015, le directeur régional de la santé à Sfax, Imed Maâloul, a précisé que le directeur controversé a été contraint de quitter l’établissement hospitalier sous la pression du personnel qui a suspendu les services exigeant, par la même, le départ du « directeur-militaire ». Ce dernier a, effectivement, quitté les lieux tout en continuant à assurer la direction de l’hôpital à distance.
Le même responsable ajoute que les autorités concernées n’ont fait preuve d’aucun relâchement et continuent à maintenir ledit directeur audit poste, habituellement réservé aux civils, ce qui est contraire aux lois internationales du travail, selon la centrale syndicale qui conteste cette nomination.

18 septembre 2015
Le ministre Said Aïdi : La nomination de Chokri Tounsi est irrévocable
http://www.businessnews.com.tn/said-aidi--la-nomination-de-chokri-tounsi-est-irrevocable,520,59045,3

Le ministre de la Santé, Said Aïdi, a indiqué, le 19 septembre 2015, sur Mosaïque Fm, que la nomination de Chokri Tounsi à la direction de l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax est, comme toutes les nominations de directeurs généraux des hôpitaux publics, du ressort du ministère de la Santé.
Il a ajouté que cette décision est irrévocable et que ceux qui sont contre cette nomination sont une minorité.

21 septembre 2015
Le directeur du centre hospitalo-universitaire de Sfax confirmé à son poste par Said El Aidi
http://www.lapresse.tn/article/le-directeur-du-centre-hospitalo-universitaire-de-sfax-confirme-a-son-poste-par-said-el-aidi/94/5689

Le ministre de la santé, Said El Aidi a confirmé le maintien de la décision de la nomination de Chokri Tounissi à la tête du centre hospitalo-universitaire Habib Bourguiba à Sfax, soulignant sa compétence professionnelle.
« Le statut du militaire du nouveau directeur général du centre hospitalo-universitaire Habib Bourguiba à Sfax est annulé dès sa reprise de sa fonction civile », a-t-il précisé, lundi, dans une déclaration en marge d’un séminaire tenu à Tunis sur « la gestion des conflits d’intérêts ».
« La désignation de militaires à la tête d’établissements de l’Etat à l’instar de gouverneurs et de chefs de services dans des institutions hospitalières a été effectuée dans le cadre du respect de la loi et n’a engendré aucun dépassement ( = irrégularité) », a-t-il souligné, insistant sur le besoin de l’Etat de toutes ses compétences.
Le ministre a souligné que « la réforme du système de santé exige l’application de la loi », tout en appelant à faire face aux tentatives de semer le doute sur les décisions prises.
Des agents et employés du centre hospitalo-universitaire Habib Bourguiba observent depuis mercredi un sit-in ouvert devant le hall de l’hôpital pour protester contre la désignation du nouveau directeur général à la tête de l’hôpital, rappelle-t-on.

21 septembre 2015
Sfax : Démissions collectives à l’Hôpital universitaire Habib Bourguiba
http://www.businessnews.com.tn/sfax--demissions-collectives-a-lhopital-universitaire-habib-bourguiba,520,59071,3

La commission médicale a démissionné en bloc outre les médecins de l’hôpital universitaire Habib Bourguiba qui ont démissionné du conseil d’administration, lors d’une réunion tenue en urgence, a indiqué la secrétaire générale du Syndicat national UGTT des médecins, des pharmaciens et des médecins universitaire Habiba Mizouni, dans une déclaration accordée ce lundi 21 septembre 2015 à Wassim Ben Larbi dans son émission Expresso sur Express Fm.
En effet, et toujours selon ses dires, les médecins ont lancé lors d’une assemblée générale tenue vendredi 18 septembre 2015, des appels aux autorités de tutelle pour assumer leurs responsabilités, expliquant qu’ils ne peuvent pas travailler dans ces conditions. Ils menacent ainsi de démissionner collectivement.
Tout en exprimant un mécontentement général du personnel de l’hôpital, Dr Mizouni a souligné la nécessité de trouver vite une solution à cette situation délicate, un hôpital ne pouvant pas rester longtemps à l’arrêt, car chaque minute compte. Elle a dénoncé, dans ce contexte, le comportement et les agissements de personnes étrangères à l’institution hospitalière : « Des personnes qui ont voulu utiliser ces événements à leur avantage alors que certains de nos collègues ont été agressés verbalement et physiquement car ils ont voulu accomplir leur devoir », a-t-elle précisé.
Elle a également souligné l’importance que le personnel (paramédical, administratif et médecins) s’unisse pour défendre leurs hôpitaux avec l’appui des autorités de tutelle qui doivent prendre leurs responsabilités. La responsable a martelé que ces personnes ne représentent ni le personnel paramédical, ni les agents de la santé, ni les syndicalistes ni l’UGTT. Selon elles se sont des pseudo-syndicalistes qui ne représentent qu’eux même et que leurs « petites personnes ».
Habiba Mizouni a exprimé son attachement ainsi que celui de ses confrères au caractère civil des institutions publiques civiles et à la continuité du service public. Concernant son avis face à la mésaventure du directeur de l’hôpital obligé de quitter les lieux, elle a indiqué que, dans l’absolu, les liens doivent être basés sur la loi civile et que ce responsable doit être détaché de l’armée avant d’occuper ce poste à l’hôpital.
Dr Mizouni a souligné que l’hôpital, étant endetté de 28 millions de dinars, les enjeux pour le redresser sont donc énormes.

26 février 2016
Des syndicalistes insultent Saïd Aïdi
http://www.businessnews.com.tn/des-syndicalistes-insultent-said-aidi,520,62747,3

Les syndicalistes de l’UGTT de Sfax ont observé, jeudi 25 février 2016, un rassemblement au cours duquel ils ont crié leur protestation contre les responsables au sein du ministère de la Santé appelant « les incompétents » d’entre eux à « déguerpir ».
« En tête de ces incompétents, on retrouve le ministre Saïd Aïdi », a crié un des meneurs du groupe, avant que ses compagnons enchaînent avec des slogans insultants. Outre le rituel « Dégage », les personnes présentes ont crié : « Ministre menteur, mettez vos chaussures et prenez la porte ».
« Il faut que le ministre apprenne que lorsque son maître Noureddine Taboubi (secrétaire général -adjoint de l’UGTT) ou moi Othman Jalouli (secrétaire général de la Fédération UGTT de la santé) nous l’appelons, il doit nous rappeler ! », a martelé le syndicaliste.
Et le secrétaire général de la Fédération générale de la santé, Othmane Jallouli expliquant son raisonnement par le fait que lors de la révolution lui et Noureddine Taboubi était en Tunisie alors que le ministre se trouvait en France M. Jallouli criait à l’un des collaborateurs du ministre que les anciens du secteur resteront et que lui et son ministre Saïd Aïdi quitteront le ministère, le tout ponctué par les encouragements de ses collègues présents sur place qui scandaient par intermittence « Avec notre vie et notre sang, nous nous sacrifions pour toi UGTT », « Nous t’avons dit de ne pas nous contredire, quand on se révolte tu ne peux pas nous maîtriser » et l’hymne national.

« Soit il revient sur les décisions prises contre ses maîtres, soit il va quitter son poste », conclut Othmane Jallouli, tout en insultant la mère du ministre. Auparavant, plus précisément, hier, un communiqué de l’UGTT, signé par son secrétaire général-adjoint, Noureddine Taboubi, dénonçait les décisions de suspension prise par le ministre de la Santé à l’encontre de nombre de syndicalistes et autres agents alors qu’il aurait fallu opter, comme il est d’usage, pour le dialogue. Et tout en réfutant ces mesures, l’UGTT fait assumer la responsabilité des conséquences de pareilles pratiques au gouvernement et appelle toutes les composantes de la société civile à impulser l’action pour une réforme sérieuse du secteur de la santé. Il est à noter, enfin, que le ministre répondra aux propos des manifestants lors de son passage, prévu, à l’émission de Samir El Wafi, dimanche prochain.

29 février 2016
L’hôpital Habib Bourguiba de Sfax menacé de fermeture (par le ministre)
http://www.webdo.tn/2016/02/29/lhopital-habib-bourguiba-de-sfax-menace-de-fermeture/

Dans un communiqué rendu public, hier dimanche 28 février 2016, le ministère de la Santé publique, a exprimé son regret face à la « situation chaotique » de l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax, ce qui pourrait conduire à la suspension de son activité.
Malgré les efforts déployés pour rétablir la situation au sein de l’hôpital, des parties continuent à recourir à des pratiques « non citoyennes », telles que l’empêchement, depuis septembre dernier, du nouveau directeur de l’hôpital, d’exercer son travail, indique le communiqué.
On ajoute également que la décision de nommer un nouveau directeur est intervenue pour faire face à la corruption liée à la mauvaise gestion de l’hôpital et à la malversation de l’argent public, a-t-on indiqué.
On ajoute également que cette institution publique enregistre aujourd’hui un déficit budgétaire de 33 millions de dinars.

1er mars 2016
Hôpital H. Bourguiba de Sfax : L’UGTT prête à négocier avec Said Aidi
http://www.webdo.tn/2016/03/01/hopital-h-bourguiba-de-sfax-lugtt-prete-a-negocier-said-aidi/

Noureddine Taboubi, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), a appelé ce mardi 1er mars 2016 le ministère de la Santé publique, Said Aidi, à mettre un terme aux décisions de suspension de fonctions de certains syndicalistes de l’hôpital Habib Bourguiba à Sfax.
L’UGTT est prête à négocier avec le ministère de la Santé en vue de trouver une solution à l’affaire de l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax à condition que toutes les mesures prises à l’encontre des responsables syndicalistes soient révisées, a -il indiqué à l’agence TAP.
Pour Taboubi, ces décisions sont arbitraires et ne feront qu’envenimer, davantage la situation au sein de l’établissement.
Rappelons que Said Aidi, ministre de la Santé publique, avait décidé, en janvier dernier, de suspendre quatre syndicalistes au sein de l’hôpital Habib Bourguiba à Sfax ainsi qu’un membre de la fédération générale de la Santé.
On rappelle également que le ministère de la Santé a publié, hier lundi 29 février, un communiqué dans lequel il a exprimé son regret face à la « situation chaotique » de l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax, ce qui pourrait conduire à la suspension de son activité.

20 mai 2016
Grève (nationale) dans la la santé : Ministère-syndicat, le dialogue de sourds perdure
http://www.letemps.com.tn/article/97247/minist%C3%A8re-syndicat-le-dialogue-de-sourds-perdure

(... En ce qui concerne l’hôpital de Sfax), la Fédération générale de la santé réclame essentiellement la suspension des mesures disciplinaires prises contre plusieurs syndicalistes et la désignation d’un nouveau directeur général « civil » à la tête du centre hospitalo-universitaire Habib Bourguiba à Sfax, en remplacement du haut gradé militaire nommé récemment par le ministère de la Santé publique. (...)