Politiques santé sécu social en France

Billet d’humeur de la semaine de Christophe Prudhomme : Le RN et les comptes de la Sécu

il y a 1 mois, par NorCol

Le programme du RN pour la Sécu est encore pire que ce qu’a fait Macron depuis son accession au pouvoir comme je l’ai évoqué dans mes chroniques récentes. Sa principale proposition pour augmenter les salaires est de supprimer une partie des cotisations sociales afin que les augmentations de rémunération ne coûtent quasiment rien aux employeurs. Il est donc facile de comprendre pourquoi aujourd’hui les organisations patronales voit plutôt d’un bon œil son accession au pouvoir. Il s’agit donc d’une mesure ultralibérale qui conduit à une casse de notre système de protection sociale qui obligera chacun à payer directement son assurance santé auprès d’un assureur privé et son fonds de pension pour sa retraite. Bref, le système américain, le plus inégalitaire des pays occidentaux. La première étape décrite dans le programme, selon les économistes de l’Institut Montaigne très proches du patronat, chiffre à 10 milliards le manque de recettes pour la Sécurité sociale, soit autant que son déficit total en 2023. Il s’agit donc bien d’une politique qui vise à encore plus amputer les ressources de la Sécu qui sont déjà aujourd’hui insuffisantes pour répondre aux besoins de la population. La conséquence est simple : pour pouvoir se soigner il faudra payer de sa poche une assurance complémentaire dont le coût augmentera régulièrement, en proportion de la baisse des recettes de la Sécu. Mais cela est valable pour ceux qui pourront se la payer, ce qui ne sera sûrement pas le cas des petits salaires. Il y a donc bien tromperie sur la marchandise pour les ouvriers et les employés qui en votant pour le RN croient que cela améliorera leur pouvoir d’achat. Bien au contraire, ce sera une baisse globale.
Autre élément du programme du RN, la suppression de l’AME. En termes de santé publique, l’exemple de l’Espagne qui a adopté cette mesure en 2012 est catastrophique : une hausse des maladies infectieuses avec une augmentation de la mortalité dans la population générale, car les microbes n’ont pas de nationalité. Au niveau économique, là aussi les mensonges s’accumulent. Les bénéficiaires de l’AME dépensent annuellement 15 % de moins qu’un assuré social classique. L’autre argument constamment mis en avant est celui de la fraude des assurés sociaux, plus particulièrement d’origine immigrée, qui profiteraient honteusement du système. Là aussi mensonge, les chiffres de l’Assurance maladie désignent clairement les fraudeurs, donc ceux que le RN désigne comme des profiteurs : le montant des fraudes dues aux assurés sociaux est de 20 % du total et de 80 % pour les professionnels de santé toutes catégories confondues.
Bien d’autres propositions du programme du RN concernant la santé s’appuient sur des mensonges permettant de constamment désigner les immigrés comme les responsables de toutes les difficultés de notre système de protection sociale. Ceux qu’il faut montrer du doigt et à qui il faut demander de rendre l’argent, ce sont les patrons et les professionnels de santé fraudeurs. Alors oui, il est légitime d’être en colère contre la dégradation de notre système de santé, mais ne nous trompons pas sur les causes et les responsables. Faites-le savoir autour de vous.

Dr Christophe Prudhomme