Protection sociale

Anti-K - Tout augmente sauf les salaires, les retraites et les allocations

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Henri Wilno le 29 09 2021

Ces dernières années, l’inflation concernait surtout le logement. Dans bien des grandes villes, se loger est de plus en plus difficile pour beaucoup de salariés et de jeunes. Mais ces derniers mois, le phénomène se généralise et depuis plusieurs mois, l’inflation accélère en France. En août, elle a atteint 1,9 %, sur un an, selon les données définitives publiées par l’Insee. La banque de France prévoit que la hausse sur toute l’année 2021 atteindra 2,8%. Quant aux salaires, retraites, allocations, ils stagnent et donc perdent du pouvoir d’achat.

Tout augmente. D’abord l’alimentation avec, sur un an, une nette hausse des produits frais (+6,8%), notamment ceux des légumes frais (+11,3%) et des fruits frais (+4,2%). L’ensemble des fruits (frais ou non) augmentent de 3,6% et l’ensemble des légumes de 6,2%. Les viandes et poissons ainsi que les céréales sont également en augmentation. Concernant les produits manufacturés, l’accélération de l’augmentation de leurs prix sur un an est surtout alimentée par une hausse des prix des vêtements et chaussures, qui ont grimpé de 4,6%. Enfin, il y a les prix de l’énergie qui accélèrent en août (+12,7% par rapport à l’année précédente. La hausse des prix du gaz naturel et de ville se poursuit sur un an (+31,2% Les prix des produits pétroliers augmentent (+16,9% après +16,5%).

Tout cela contraint beaucoup de ménages à des choix difficiles lorsqu’ils font leurs courses. D’autant que, dès le début du mois, une partie du revenu est déjà dépensés : loyers, charges, dépenses d’eau, d’électricité, services de télécommunications ou de télévision, assurances, remboursements d’emprunts immobiliers… Pour l’ensemble des ménages, le poids des dépenses qu’on appelle pré-engagées s’élèvent à 32% de leur dépense totale. Toutefois, la part de ces dépenses dans le budget total est plus élevée pour les bas et moyens revenus que pour les ménages les plus aisés.

Les économistes discutent des causes et de la durabilité de cette poussée des prix. Mais pour les salariés, les retraités, les bénéficiaires d’allocations le problème est immédiat. Ce ne sont pas les mesurettes du gouvernement qui résolvent le problème. La hausse du SMIC (2,2%) d’ailleurs ne correspond qu’à ce qui est prévu par la loi. Et ça ne règle pas le problème de la faiblesse du SMIC comme d’une bonne part des salaires. Quant au « chèque énergie » (6 millions de ménages modestes vont recevoir 100 euros pour les aider à payer leur facture de gaz et d’électricité), c’est une aumône.

Pendant ce temps -là, le taux de marge des entreprises augmente, dopé par les subventions publiques. Pendant la crise sanitaire, le taux de marge des entreprises a augmenté passant de 33,0 % fin 2019 à 35,4 % aujourd’hui, grâce aux dizaines de milliards de subventions publiques versées au patronat. Et les patrons du CAC 40 et leurs actionnaires se servent. Les patrons des 40 plus grosses capitalisations de France pourraient ainsi toucher, en moyenne, une rémunération de 5,3 millions d’euros, part fixe, part variable et bonus compris. Les actionnaires aussi devraient être bien rémunérés. Selon les estimations, plus de 50 milliards d’euros de dividendes pourraient être versés en 2021 en France (soit 10 milliards d’euros de plus qu’en 2020).

Face à une telle situation et aux cadeaux permanents du gouvernement aux grandes entreprises et aux plus riches, il n’y a aucune raison que « ceux d’en bas » continuent de voir leur pouvoir d’achat être rongé : il faut une augmentation de salaires, retraites et allocations et, pour que ce gain ne soit pas éphémère, il faut qu’ils augmentent à l’avenir comme les prix par un mécanisme d’indexation.