L’Anticapitaliste Hebdo du NPA

L’Anticapitaliste hebdo : Psychiatrie : une mise en scène déconnectée des attentes des professionnelEs et de la population

il y a 1 mois, par infosecusanté

L’Anticapitaliste hebdo : Psychiatrie : une mise en scène déconnectée des attentes des professionnelEs et de la population

CorrespondantEs
Hebdo L’Anticapitaliste - 585

(07/10/2021)

Les 27 et 28 septembre se tenaient les assises de la santé mentale et de la psychiatrie, organisées par le ministre Olivier Véran et le professeur Franck Bellivier, délégué ministériel en charge de la psychiatrie. Ces deux jours ont offert une tribune à nombre de psychiatres, responsables d’agences régionales de santé et éluEs, qui ont participé activement au démantèlement de la psychiatrie publique de secteur1 ces dernières années.

À l’issue des assises, le Printemps de la psychiatrie2 a dénoncé une mascarade, une absence de concertation avec les acteurEs de terrain.

Effets d’annonce
Dès le premier jour, le ministre de la Santé a annoncé la mise en place d’un numéro vert pour la prévention du suicide. La population manque de psychiatres et d’infirmierEs pour les accueillir, Véran prend le problème à bras-le-corps et ouvre une ligne téléphonique ! L’urgence, pour prévenir le suicide et la souffrance psychique, c’est bien le renforcement des moyens en personnel dans les centres médico psychologiques (CMP). Les CMP sont des lieux de soins publics regroupant psychiatres, psychologues, infirmierEs et équipe pluridisciplinaire, au plus près de la population. Les moyens alloués aux CMP ne permettent plus aujourd’hui d’accueillir la population dans des délais raisonnables, il faut bien souvent attendre plusieurs mois avant de pouvoir bénéficier d’un premier rendez-vous. Véran annonce bien 400 créations de postes dans les CMP adultes, 400 créations de postes dans les CMP de pédopsychiatrie. Mais on compte près de 2 000 CMP sur le territoire, soit moins de 0,4 poste par structure, une goutte d’eau !

Alors que les CMP sont débordés, que les hôpitaux psychiatriques manquent de lits et de personnel, Macron et Véran répondent « solutions ­innovantes », « télémédecine »...

« Rentabiliser » les soins ?
Macron, en campagne électorale, a fait le déplacement aux assises pour prononcer le discours de clôture, et annoncer devant les caméras le remboursement des consultations de psychologues libéraux, sur indication médicale, à 30 euros. Ce dispositif, qui ne satisfait personne, pas même les psychologues, ne permettra pas de répondre à la demande de soins de manière aussi efficace que les CMP de secteur et leurs équipes pluridisciplinaires.

Derrière les assises de la psychiatrie, on retrouve le lobbying actif de la fondation Fondamental (largement subventionnée par les laboratoires pharmaceutiques, Bouygues ou encore Dassault) et de l’institut Montaigne (think thank néo­libéral). Promotion quasi exclusive des neurosciences, rejet de l’approche psychodynamique/psychanalytique...

Ces assises ont ainsi fait la part belle aux plateformes « d’évaluation », aux filières « spécialisées », qui réduisent la souffrance psychique aux seuls symptômes.

Cerise sur le gâteau, Olivier Véran a confirmé la mise en place d’un nouveau mode de financement pour les établissements psychiatriques à compter du 1er janvier 2022, un nouveau mode de tarification, par « compartiments », dans la logique gestionnaire de la tarification à l’activité qui, depuis des années, a contribué à transformer les hôpitaux en entreprises. Cette réforme va accentuer le contrôle des ARS sur les politiques de soins. Comme dans les CHU et les hôpitaux généraux, la tarification des actes différenciée incitera les établissements à pratiquer surtout les soins plus « rentables » !

Défendre des soins sur mesure contre le low cost standardisé
Mardi 28 septembre, au moment même où se clôturaient les assises, une manifestation réunissant les psychologues sur leurs propres revendications (lire ci-dessous), mais aussi le Printemps de la Psychiatrie, Sud et la CGT, se tenait devant le ministère de la Santé pour faire entendre une autre voix, celle de la défense d’un soin psychique « accueillant » la folie, et ne la « traitant » pas seulement à coups de médicaments, de « protocoles » standardisés. Première étape d’un renouveau des luttes en psychiatrie ?

1.Le secteur de psychiatrie est une réponse globale, gratuite, publique, avec pour pivot l’équipe de soin présente sur le territoire, travaillant en lien avec les acteurs soignants, sociaux, complétée par un recours possible à l’hospitalisation si elle s’avère nécessaire.
2.Printemps de la Psychiatrie, pour un renouveau des soins psychiques : https://printempsdelapsychiatrie.org/