Le site national du NPA

Communiqué du NPA : Macron n’a rien appris : pour la santé, le « jour d’après » sera le jour d’avant… en pire

il y a 1 mois, par infosecusanté

Communiqué du NPA : Macron n’a rien appris : pour la santé, le « jour d’après » sera le jour d’avant… en pire

Mercredi 1 avril 2020,

Certains y avaient vu une lueur d’espoir. Dans son allocution du 12 mars, Macron déclarait : « Ce que révèle déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe […]. Il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ».

Macron aurait-il donc « appris » des conséquences terribles des politiques d’austérité et de privatisation de la protection sociale menée par lui et tous ses prédécesseurs ? Le « jour d’après » marquerait-il un tournant radical vers un système de santé placé « hors des lois du marché » ?

Il n’a pas fallu longtemps pour avoir la réponse. Un projet de note, rédigée à la demande de l’Élysée par la Caisse des dépôts et consignations et révélée par Mediapart, préconise un « jour d’après" qui ne serait rien d’autre que le « jour d’avant »... en pire.

L’État providence selon Macron, après comme avant la crise, reste un état « stratège » qui ouvre les vannes d’un financement public massif... aux entreprises privées (start up, réseaux de soins concurrentiels des assurances et mutuelles, établissements de santé « non lucratifs »). La note de la CDC prévoit en outre la relance des « partenariats public-privé », qui transforment les hôpitaux publics en vache à lait pour le privé, et qui avaient du être arrêtés ces dernières années suite à plusieurs scandales. Et l’on ne parle même pas de la préconisation de la transformation, avec de l’argent public, en navires-hôpitaux, de bateaux de croisières devenus invendables : une aubaine pour les armateurs !

Pas un mot, en revanche, sur ce qu’attendent les personnels hospitaliers en lutte depuis plus d’un an et les patientEs qui constatent même hors épidémie la dégradation du service public, la pénurie de personnel, de matériel, les fermetures de services. Pour demain, comme pour aujourd’hui, les personnels de santé ne demandent pas des discours, mais des actes. Ils et elles ne demandent pas à être des « héros » épuisés et sacrifiés, mais des professionnelEs capable de donner les soins nécessaires, en toute sécurité pour eux et pour les patients. Or, dans la note de la Caisse des dépôts, rien sur l’augmentation des budgets hospitaliers, rien sur la réouverture des lits et des services nécessaires, rien sur le recrutement massif de personnel, pour les urgences et tous les services hospitaliers, rien sur le maintien et la réouverture des urgences de la chirurgie, des maternités des hôpitaux de proximité sur tout le territoire, ni sur l’extension hors de l’hôpital d’un service public assurant partout un accueil proche. En un mot : rien sur la remise à niveau d’un service public de santé assurant gratuitement l’accès aux soins de touTEs et capable de faire face aux crises sanitaires.

Non, Macron n’apprendra rien, et il n’y a aucune « unité nationale » possible derrière un pouvoir qui, incapable de faire face à l’épidémie actuelle, entend poursuivre « le jour d’après », la politique qui a mené à la catastrophe. Personnels hospitaliers, usagers de la santé, la solution ne viendra que de notre action solidaire pour imposer les réponses d’urgence à la crise : pour aujourd’hui, des masques, des protections, du matériel des médicaments, la réquisition des entreprises pour les fournir, le recrutement du personnel nécessaire ; et pour demain, un service public de santé gratuit et proches garantissant à toutes et tous l’accès aux soins.

Montreuil, le 1er avril 2020.