Luttes et mobilisations

L’Humanité - Santé. « La mobilisation a permis d’empêcher l’amputation »

il y a 4 jours, par Info santé sécu social

Vendredi, 2 Novembre, 2018
Sylvie Ducatteau

L’hôpital de Vierzon (Cher) gardera sa maternité, sa pédiatrie et son service de chirurgie. L’agence régionale de santé a accepté qu’il poursuive ses activités.

Enfin des bonnes nouvelles. À l’issue d’un an de mobilisation de la population et des élus de Vierzon (Cher), de quatre mois et demi de grève du personnel et de l’amorce d’une grève de la faim de deux soignants, l’agence régionale de santé (ARS) a finalement consenti au maintien de la maternité, du service pédiatrique et de la chirurgie conventionnelle dont elle demandait la fermeture en raison de difficultés de recrutement de médecins. « Cela nous redonne confiance. Nous savons que nous pouvons faire bouger les choses. Nous avons réussi à empêcher l’amputation de notre hôpital, désormais nous allons parler de modernisation », commente l’un des ex-grévistes de la faim.

L’affaire était pourtant mal partie. Mercredi dernier, les deux délégations, celle du personnel et celle des élus locaux – 11 maires y participaient –, étaient sorties plutôt pessimistes de leur rencontre avec Anne Bouygard, la directrice de l’ARS. Cette dernière avait certes affirmé « ne pas vouloir fermer la maternité », mais exigeait en retour un nouveau plan médical pour l’établissement. Les médecins jusqu’alors plutôt discrets se sont à leur tour mobilisés pour répondre, en urgence, à la commande finalement acceptée, mercredi, par l’agence régionale. Outre le maintien des services menacés, le nouveau projet médical prévoit la rénovation du bloc opératoire et le retour d’une consultation en ophtalmologie, supprimée en 2016 et alors que le dernier cabinet libéral ferme ses portes fin 2018. « C’est une victoire incontestable mais je n’oublie par que la majorité des députés vient de voter une baisse de 900 millions d’euros du budget des hôpitaux publics », alerte Nicolas Sansu, maire (PCF) de Vierzon, faisant référence à l’adoption du projet de loi de finances de la Sécurité sociale, mardi. L’élu est à l’origine d’un appel à défendre les hôpitaux de territoire ayant réuni près de 5 000 signatures en quelques jours. Une journée nationale d’action est prévue le 1er décembre et des référendums d’initiative locale se tiendront le 27 janvier dans les localités où des services et établissements sont en danger.

Sylvie Ducatteau