Le chômage

Le Monde avec AFP - Chômage partiel : 850 suspicions de fraude sur 3 000 contrôles dans les entreprises

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a fait savoir lundi que 12 000 contrôles étaient en cours. L’objectif est d’en réaliser 50 000 « d’ici à la fin de l’été ».

Le Monde avec AFP

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a annoncé que 3 000 premiers contrôles sur les demandes de chômage partiel avaient débouché sur « 850 suspicions de fraude » et quatre procédures pour « escroquerie », dans un entretien au magazine Challenges publié lundi 29 juin.

« Depuis le 22 mai, 12 000 [contrôles] sont en cours, dont 400 déclenchés à la suite de signalements d’organisations syndicales ou encore de salariés. Nous menons aussi des contrôles aléatoires. A ce jour, 3 000 dossiers sont clôturés », a-t-elle expliqué.

Sur ces 3 000 dossiers, « 1 600 sont tout à fait corrects » ; « environ 600 ont conduit à des régularisations en faveur ou en défaveur de l’entreprise » et « nous avons recensé environ 850 suspicions de fraudes qui ont débouché sur des investigations plus poussées », a détaillé la ministre. « Nous avons même enclenché quatre procédures pénales pour escroquerie », a-t-elle ajouté, citant, « dans les Hauts-de-France, un chef d’entreprise qui a créé cinq sociétés pour 67 salariés, mais aucun d’entre eux n’est déclaré ou n’a payé des cotisations sociales ».

« L’objectif est de réaliser 50 000 contrôles d’ici à la fin de l’été », a précisé la ministre.

Jusqu’à deux ans d’emprisonnement
Dès le confinement et pour pallier l’arrêt d’activité en découlant, le gouvernement a élargi la possibilité de recourir au chômage partiel en France. Selon une estimation du ministère du travail, 7,2 millions de Français ont été en chômage partiel un ou plusieurs jours par semaine en mars, 8,7 millions en avril et 7,8 millions en mai.

A la mi-mai, il avait annoncé un renforcement des contrôles, effectués par les agents des Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), qui ont reçu le renfort de 300 agents sur ce thème, « épaulés par des inspecteurs du travail ».

En cas de fraude, les sanctions vont jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende, et pour ce qui est des sanctions administratives, elles prévoient le remboursement des aides et l’exclusion du bénéfice des aides pour une durée maximale de cinq ans.