Amerique du Nord

Le Parisien - Covid-19 aux Etats-Unis : Joe Biden étend la vaccination obligatoire aux deux tiers des travailleurs américains

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Pour le secteur privé, le ministère du Travail américain va instaurer l’obligation de se faire vacciner ou d’effectuer un test de dépistage hebdomadaire pour les employés des entreprises de plus de 100 salariés, soit plus de 80 millions de personnes.

« Près de 80 millions d’Américains ne se sont toujours pas fait vacciner et, pour arranger les choses, des responsables élus travaillent activement pour saper la lutte contre le Covid-19 », a dénoncé Joe Biden. AFP / Brendan Smialowski
« Près de 80 millions d’Américains ne se sont toujours pas fait vacciner et, pour arranger les choses, des responsables élus travaillent activement pour saper la lutte contre le Covid-19 », a dénoncé Joe Biden. AFP / Brendan Smialowski

Une « minorité d’Américains » empêche les Etats-Unis de « tourner la page » du Covid-19, a accusé ce jeudi Joe Biden. Dans un discours très attendu depuis la Maison Blanche, le président américain a dévoilé un plan présenté comme « courageux et ambitieux » pour renforcer la lutte contre l’épidémie, dont la flambée est alimentée par le variant Delta. Ainsi, le dirigeant a étendu la vaccination obligatoire à des millions de salariés des secteurs publics et privés.

« Près de 80 millions d’Américains ne se sont toujours pas fait vacciner et, pour arranger les choses, des responsables élus travaillent activement pour saper la lutte contre le Covid-19 », a justifié Joe Biden avant d’insister : « C’est inacceptable. » Ainsi, le président a signé un décret obligeant les quelque 4 millions d’employés fédéraux à se faire vacciner, sans possibilité désormais d’échapper à la seringue en se faisant tester régulièrement. Sont également concernés les salariés de sous-traitants travaillant avec les agences fédérales.

Pour le secteur privé, le ministère du Travail va instaurer l’obligation de se faire vacciner ou d’effectuer un test de dépistage hebdomadaire pour les employés des entreprises de plus de 100 salariés, soit plus de 80 millions de personnes. Le président compte également appeler les organisateurs de grands évènement sportifs ou culturels à conditionner l’entrée du public à une preuve de vaccination ou un test négatif.

L’objectif est « de réduire le nombre d’Américains non vaccinés (...) faire baisser les hospitalisations et les décès, permettre à nos enfants d’aller à l’école en sécurité et de garder notre économie forte », a expliqué la porte-parole de la présidence Jen Psaki lors d’une conférence de presse.

Un plan « inconstitutionnel » ?
La Maison Blanche veut également faciliter les tests de dépistage et prolonger le port du masque (voyages, bâtiments fédéraux) pour freiner l’épidémie. Cette nouvelle « stratégie » déclinée en six volets, vise à convaincre les 80 millions d’Américains encore non vaccinés. Elle intervient alors que Joe Biden a subi cet été plusieurs revers sur les fronts sanitaire, économique et politique, ponctués par une avalanche de critiques sur sa gestion des évacuations de civils d’Afghanistan fin août, en plein chaos après le retour au pouvoir des talibans.

Des responsables républicains ont pour leur part dénoncé une « folie » et un plan « inconstitutionnel », notamment sur le volet grandes entreprises.

La Maison Blanche a déjà imposé la vaccination aux militaires et au personnel de maisons de retraite recevant des subventions fédérales. Les employés fédéraux avaient jusqu’ici le choix entre se faire vacciner ou se soumettre à des tests réguliers ainsi qu’à diverses mesures restrictives.

Joe Biden devrait enfin appeler à la tenue d’un sommet mondial en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à partir du 22 septembre, pour répondre à la crise du Covid-19 et relancer la vaccination dans les pays émergents.