Le site national du NPA

Site du NPA - 5 décembre : un appel utile, une mobilisation à construire

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Ce mercredi 16 octobre, les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidel, MNL, UNEF, UNL) appellent à « une première journée de grève interprofessionnelle, le jeudi 5 décembre ». Cette journée avait été initialement lancée par l’intersyndicale de la RATP (UNSA, CFE-CGC, SUD, FO et Solidaires). Rapidement SUD Rail et la CGT RATP avaient rejoint l’appel. Par la suite, plusieurs fédérations et unions départementales CGT ainsi que Solidaires avaient fait de même.

Les fortes mobilisations à la RATP, celles des retraitéEs et celles du Collectif SOS Retraites (regroupant les avocats et quatorze autres professions libérales) ont montré que les enjeux de la contre-réforme proposée par le rapport Delevoye sont largement compris, au-delà des rangs militants politique, syndicaux et associatifs.

D’ici le 5 décembre, deux objectifs doivent être atteints.

D’abord, construire réellement la mobilisation. Cela suppose de vaincre les hésitations des salariéEs et, au-delà, de touTEs celles et ceux qui sont visés par le projet Macron. Cela commence par mettre fin aux pseudo-concertations qui laissent planer un doute sur la possibilité de reculs significatifs du pouvoir. L’objectif de ce dernier est de mettre fin, de fait, au système par répartition, par la mise en place du système par points. Quitte à moduler sa mise en place dans la forme et dans le temps.

Il s’agit en outre d’imposer la tenue des réunions de préparation les plus unitaires possibles sur les lieux de travail, dans les villes, les régions… associant syndicats, organisations politiques, associations. Des réunions qui, par le biais de collectifs, assureront l’organisation démocratique du mouvement, sa coordination, ses expressions publiques.

Il faudra définir une plateforme revendicative qui combatte totalement le projet Delevoye mais aussi formule, en positif, des revendications unifiantes, permettant un front commun de l’ensemble des concernéEs.

Pour obtenir une victoire, ce front devra exprimer la volonté de se battre jusqu’au bout avec comme moyen incontournable la grève qui se généralise, qui est reconduite sous la direction de celles et ceux qui sont engagés dans la mobilisation.

Rejet total du projet Macron-Delevoye, retraite à taux plein à 60 ans maximum pour toutes et tous et 55 ans pour tous les métiers pénibles, dès 35 ans d’activité (travail salarié, les années d’études et de formation dès 18 ans, les périodes sans travail à cause du chômage, de la maladie ou d’un accident, de l’invalidité, de la maternité), à 75% des 5 meilleures années, pas de pension en-dessous de 1800 euros, réduction du temps de travail sans perte de salaire, réalisation effective de l’égalité hommes-femmes dans le travail et à la retraite, financement assuré par la suppression de toutes les exonérations de cotisations patronales et éventuellement par une augmentation de ces cotisations, gestion des caisses par les salariéEs doivent être au centre des discussions. Telles sont nos propositions, à débattre.