Environnement et facteurs dégradant la santé

Alternative économique - Agriculture. Peut-on sortir du glyphosate et autres pesticides ?

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

VINCENT GRIMAULT
18/11/2019

Un rapport parlementaire publié le 13 novembre estime que la France n’est pas prête pour la sortie du glyphosate prévue pour 2022. Mais est-ce si sûr ?

« Dix-sept nouvelles espèces d’insectes exotiques apparaissent chaque année en Europe depuis l’an 2000. Même chose pour certaines plantes comme l’ambroisie. Alors se passer des pesticides, actuellement, c’est impossible. » Thierry Boiron, céréalier dans l’Isère (38), est secrétaire général de la section 38 de la Coordination rurale, un syndicat agricole. Comme ses confrères, les pesticides représentent entre 25 et 40 % de ses coûts de production. Alors s’en passer, il voudrait bien, « mais techniquement, c’est long à mettre en place. Personnellement, je ne sais pas faire sans pesticides : je ne suis pas formé pour et je n’ai pas les outils », assure-t-il.

L’agriculture française reste en effet encore largement organisée autour des pesticides. Comme l’écrit l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) dans un rapport sur la sortie du glyphosate, « notre trajectoire agricole a conduit à des exploitations de grande taille ayant peu recours à la main-d’œuvre ». Ces exploitations pratiquent souvent la monoculture pour pouvoir lutter dans la féroce compétition mondiale qui oblige à fournir une production standardisée, normée, et au coût le plus faible possible. Dans ce contexte, « la protection chimique a constitué le meilleur compromis efficacité/économie », indique Christian Durlin, exploitant agricole, président de la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais et représentant de la FNSEA, le principal syndicat agricole.

Un constat particulièrement vrai pour le glyphosate, l’herbicide – ultra-efficace – le plus utilisé au monde. Le glyphosate est à l’agriculture ce que la voiture est aux transports : très confortable d’usage par rapport aux méthodes concurrentes et relativement peu cher. Voilà pourquoi, en dépit d’engagements politiques français très clairs (le plan Ecophyto prévoyait une baisse de 50 % de l’usage des pesticides entre 2008 et 2018), le nombre de doses unités (Nodu) épandu a progressé de 10,5 % entre 2010 et 2016.

Les pesticides, et plus spécifiquement le glyphosate, sont dans l’œil du cyclone. Pour des raisons environnementales bien sûr, à cause des résidus de ces molécules dans les sols et dans l’eau. Mais aussi et surtout pour des raisons de santé, notamment depuis 2015, lorsque le Centre international de recherche sur le cancer a classé la star des herbicides comme cancérogène probable. Depuis, une intense bataille scientifique, médiatique et politique se joue autour de son avenir, en France comme en Europe. En 2017, les Etats européens ont voté (à la majorité qualifiée) une nouvelle autorisation du produit jusqu’en 2022. La France est-elle prête à s’en passer après cette date ? L’Inra, en 2017, notait que pour certaines cultures, sortir du glyphosate constituait une « impasse » provisoire. Dans un rapport publié mercredi, les députés LREM Jean-Luc Fugit et Jean-Baptiste Moreau constatent que « ces impasses techniques sont encore d’actualité ».

Un pilier du système agricole

Les productions en question sont de nature très différente. Il y a d’abord les cultures (dont les vignes et les fruitiers) plantées sur des sols à fort relief. Le désherbage mécanique y est alors quasiment impossible. Deuxième point noir : les semences ainsi que les légumes frais et de conserve, qui ne tolèrent aucune impureté. Troisième difficulté : certaines cultures de niche comme le rouissage du lin fibre, dont la France est le premier producteur mondial, ou la récolte des fruits à coques (noix, noisettes, etc.).

Enfin, la dernière grande difficulté concerne l’agriculture de conservation, c’est-à-dire les pratiques agricoles qui consistent à travailler le sol le moins possible. Celle-ci ne concerne que 4 % des surfaces de grandes cultures et seulement 2 % des agriculteurs français. Mais elle fait l’objet d’une forte attention parce que labourer la terre (la retourner) a tendance à appauvrir sa biodiversité et à relâcher du CO2 capté dans le sol. L’agriculture de conservation utilise par exemple la technique du semis direct sous couvert : l’agriculteur plante d’abord des végétaux qui vont empêcher les mauvaises herbes de pousser, puis il sème sa véritable culture sous le couvert végétal, avant de détruire ce couvert, généralement avec des généreuses doses de glyphosate.

Pour les défenseurs de l’herbicide, s’en prendre au glyphosate c’est retourner au labour, ses émissions de CO2 liées au passage de tracteur et à la libération du carbone piégé dans le sol et appauvrir la vie microbiologique des sols. Autre difficulté de l’abandon du glyphosate : la hausse des coûts de production. Se passer d’un produit « magique » bon marché et le remplacer par des solutions agro-écologiques encore en amélioration, c’est devoir encaisser un surcoût de 70 euros par hectare dans les céréales, et environ 300 euros par hectare dans la vigne, estiment les deux députés. Sans parler des baisses de rendement quasiment inéluctables à court-terme.

Les alternatives existent
L’agriculture française est-elle donc condamnée à rester dépendante aux pesticides ? « Absolument pas », assène Damien Houdebine, paysan-boulanger et éleveur ovin dans la Sarthe, et secrétaire national de la Confédération paysanne, autre syndicat agricole. Au-delà des 9,5 % d’agriculteurs bio qui ont déjà tourné le dos aux pesticides, « il est très facile de réduire drastiquement leur usage du jour au lendemain, par exemple dans les céréales. Les fermes Dephy [une expérimentation menée dans le cadre du plan Ecophyto, NDLR] ont montré qu’on peut commencer par réduire de 50 à 60 % l’usage des pesticides en ne perdant que 10 % de rendement. Economiquement, cela revient au même, et écologiquement, ça change beaucoup de choses », affirme-t-il.

« Oui, on peut se passer de pesticides pour certaines cultures, et réduire fortement pour les autres », confirme Christian Huygue, directeur scientifique Agriculture à l’Inra. « Rien qu’à l’Inra, les choses changent. Il y a encore quelques années, nous avions une approche de type ‘’j’éradique’’ le parasite. Aujourd’hui, on pense agro-écologie, c’est-à-dire que nous réfléchissons à la manière d’enrichir l’écosystème en amont d’une contamination, parce que la biodiversité régule nettement mieux les parasites que les monocultures », retrace-t-il.

Partant de cette philosophie générale, trois grands leviers peuvent être activés. Le premier consiste à améliorer les variétés. « Nous avons par exemple trouvé un nouveau cépage de vigne qui permet de réduire les pesticides de 90 % », se félicite Christian Huygues. Le choix des cultures doit également être interrogé. Quatre chercheurs de l’Inra ont ainsi montré que les cultures gourmandes en glyphosate, comme le colza ou le blé tendre, ont vu leurs surfaces augmenter, alors que les prairies ou le blé dur reculent, malgré leur moindre besoin en pesticides. Au total, entre 1989 et 2012, les surfaces des cultures non consommatrices de pesticides ont baissé de 0,46 %, contre une hausse de 0,65 % par an pour les cultures gourmandes en « phyto ».

Le second levier réside dans les techniques de biocontrôle, c’est-à-dire l’ensemble des pesticides sans chimie, à l’image des coccinelles qui mangent les pucerons, du trichogramme, très efficace contre la pyrale du maïs, ou de multiples micro-organismes (champignons, bactéries…). « Nous connaissons encore très mal ce monde et le champ des possibles est énorme », assure Christian Huygues. Autres champs de recherche, les substances naturelles, comme le soufre pour contrôler l’oïdium sur la vigne, ou encore les phéromones. « Comment la grosse altise [un insecte ravageur du colza, NDLR] trouve le colza ? Par l’odeur. Si on sème des lentilles à côté du colza, la grosse altise le trouve moins facilement. Comme je n’ai pas tué l’insecte, la chaîne alimentaire est maintenue. Mon écosystème est stable et peut donc contrôler d’autres potentiels parasites », détaille Christian Huygues.

Changement de modèle
Troisième grand levier : les agro-équipements. « Les machines actuelles ont été pensées pour faire des gains de productivité : gros tracteurs, grosses machines, gros pulvérisateurs. Une nouvelle génération de machines très innovantes et très précises arrive sur le marché », se réjouit le chercheur. Le couvert végétal utilisé en agriculture de conservation peut ainsi être détruit par un rouleau « Faca », comme le défendent les agronomes Claude et Lydia Bourguignon.

Pour tous ces changements, il faudra cependant de l’argent, car de telles évolutions entraînent généralement des baisses de rendement à court-terme. Les agriculteurs ne pourront évoluer que s’ils sont rémunérés par les prix (et donc pas les consommateurs) ou par les aides (et donc par une réorientation de la PAC et des aides nationales). « Nous sommes prêts à jouer un rôle environnemental, mais il faut un soutien financier et davantage de protectionnisme », insiste Christian Durlin. « Actuellement, on nous demande de jouer un rôle environnemental, mais sur un marché international toujours plus ouvert où nous sommes en concurrence avec des pays aux législations beaucoup plus permissives, on ne peut pas s’en sortir », complète-t-il. « A ce jeu-là, on met en péril notre souveraineté alimentaire », s’alarme pour sa part Thierry Boiron, le céréalier en Isère.

Le dernier défi consiste à changer les mentalités. « Traiter moins et produire moins même si la rentabilité finale est la même, tous les agriculteurs n’y sont pas prêts, car on a transmis à beaucoup d’entre nous la fierté de produire beaucoup », raconte Damien Houdebine. Autre motif de fierté : avoir des champs bien entretenus. « Quand il y a des coquelicots dans un champ de blé, pour certains agriculteurs, c’est un champ sale », regrette Christian Huygues. Bonne nouvelle, les agriculteurs bougent et notamment les jeunes, qui ont profité de formations de plus en plus ouvertes à l’agro-écologie. « On savait faire de l’agriculture avant [le glyphosate] et on saura en faire après », rassure l’Inra. Mais la structuration actuelle de l’agriculture autour des pesticides « ne permet pas d’envisager un retour à avant et oblige à construire un après différent ».