Europe

Le Monde - En Italie, 70 % des médecins refusent de pratiquer des IVG qui deviennent impossible dans certaines régions

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Mercredi 23 mai 2018, par GAUTHERET Jérôme

Italie. Dans le sud du pays, où ce taux atteint jusqu’à 93 % selon les régions, l’avortement est quasiment impossible.

Les affiches sont apparues début mai sur les panneaux de plusieurs artères de la périphérie romaine. Sur l’image, en gros plan, un ventre rond, soutenu par deux mains de femme, sort de la pénombre. Pas de visage, aucun autre détail, hormis un slogan, en grandes lettres blanches, barrant l’affiche, « L’avortement est la première cause de féminicide dans le monde ». Et un hashtag, #stopaborto.

Les visuels, payés par un organisme domicilié en Espagne, CitizenGo, ont été retirés après quelques jours, à la suite de nombreuses plaintes et pétitions d’associations auprès de la maire, Virginia Raggi (Mouvement 5 étoiles). Reste que la provocation, à quelques jours des 40 ans de la « loi 194 », légalisant l’avortement en Italie, a marqué les esprits.

Les milliers de manifestants de la huitième « marche pour la vie », qui ont défilé dans le centre de Rome, samedi 19 mai, pour dénoncer l’avortement, mais aussi l’euthanasie et le mariage homosexuel, n’ont pas manqué de dénoncer, dans leurs slogans, la « censure » exercée par la maire de Rome, affirmant soutenir l’action de CitizenGo, au nom de la « liberté d’expression », tout en scandant : « L’avortement est un meurtre. » Parmi eux, des responsables politiques (la dirigeante des postfascistes de Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni, ou le député de la Ligue Vito Comencini), mais aussi de nombreux ecclésiastiques, comme l’archevêque de Ferrare, Luigi Negri, et le cardinal Raymond Burke, considéré comme un des tenants de la ligne conservatrice du Vatican.

Situations de détresse
Marqué par l’arrivée, ces dernières années, d’organisations de plus en plus extrémistes, comme ProVita, qui cultive des liens très étroits avec les néofascistes de Forza Nuova, le mouvement anti-IVG a récemment multiplié les opérations de communication spectaculaires, dont les affiches de CitizenGo ne sont que le dernier avatar.

Sur le terrain politique, la remise en cause du droit à l’avortement n’a pas été, ces dernières années, un sujet majeur. Pour les associations de défense des droits des femmes, le péril le plus urgent est ailleurs, au sein même du corps médical. En effet, la loi 194, votée en mai 1978 dans une Italie encore dominée par la Démocratie chrétienne, prévoyait un mécanisme permettant aux praticiens de faire valoir une objection de conscience pour ne pas exécuter d’acte médical contraire à leurs opinions.

Le taux d’objecteurs de conscience avoisine aujourd’hui les 70 %, avec des pointes à plus de 80 % dans le Latium et dans le sud du pays (87 % en Sicile en 2016, et même 93 % en Molise). Ces taux alarmants créent de très nombreuses situations de détresse, rendant presque impossibles, dans de nombreuses régions, les parcours des femmes souhaitant avorter. Après avoir atteint les 230 000 interruptions de grossesse par an au début des années 1980, le nombre d’interventions n’a cessé de décroître, tombant à moins de 85 000 en 2017. Une décrue qui n’a eu aucun effet, contrairement aux arguments des anti-avortement, sur la natalité. En 2017, l’Italie n’a enregistré que 460 000 naissances, soit le chiffre le plus bas de son histoire moderne.

Jérôme Gautheret (Rome, correspondant)