L’industrie pharmaceutique

Le Quotidien du médecin - Projet d’avis de la HAS : l’étau se resserre sur l’homéopathie, Boiron prépare sa riposte

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Chargée d’évaluer le bénéfice médical des médicaments homéopathiques depuis plusieurs mois, la commission de transparence (CT) de la Haute Autorité de santé (HAS) prônerait dans son projet d’avis le « déremboursement pour l’ensemble des produits homéopathiques ».

Les conclusions de cet avis provisoire, transmis aux trois laboratoires concernés (Boiron, Lehning et Weleda) ont été dévoilées par « Libération » puis France Info. Mais sur quels fondements ? C’est « le Monde » qui, dans son édition du 18 mai, publie de larges extraits du texte, en particulier l’analyse sur laquelle la HAS a fondé son avis.

Après avoir sélectionné près de 300 études (sur près de 1 000 études identifiées), la commission de transparence de la HAS a examiné « 23 revues systématiques de la littérature et méta-analyse, 10 essais contrôlés randomisés et 6 études concernant la consommation médicamenteuse dans 25 indications ou symptômes ». Au total, souligne l’instance, « aucune étude n’a démontré la supériorité en termes d’efficacité (morbidité) de l’approche homéopathique par rapport à des traitements conventionnels ou au placebo », rapporte le quotidien du soir.

Arguments en balance

Dans la conclusion du projet d’avis, la commission a mis en balance les arguments.

D’un côté, elle pointerait l’absence de gravité de certaines affections ou symptômes bénins pour lesquels « le recours aux médicaments homéopathiques n’est pas nécessaire », « l’absence de démonstration d’efficacité », « l’absence de démonstration de leur impact sur la santé publique » ou encore « l’absence de place définie dans la stratégie thérapeutique ». Et de l’autre, elle reconnaît « la gravité et/ou l’impact potentiel sur la qualité de vie des patients de certains symptômes/affections étudiés pour lesquels il existe un besoin médical à disposer d’alternatives thérapeutiques ou de médecine complémentaire », écrit le quotidien du soir.

Reprise de cotation lundi

Après avoir annoncé dès jeudi 16 mai la suspension de sa cotation boursière pour « violation du secret » à la suite de la fuite de ces informations, le laboratoire Boiron, leader de l’homéopathie, a précisé vendredi en fin d’après-midi que la cotation reprendra lundi 20 mai à l’ouverture de la Bourse. « La France génère 60% du chiffre d’affaires du groupe Boiron et un éventuel déremboursement menacerait un millier d’emplois », met en garde le laboratoire.

« La procédure d’évaluation en cours prévoit qu’après réception de ce premier avis, les laboratoires Boiron disposent de 10 jours pour transmettre des commentaires écrits ou pour demander une audition auprès de la HAS, indique l’industriel. Cette procédure permettra aux laboratoires de présenter leurs arguments quant au bien-fondé de la prise en charge des médicaments homéopathiques. »

L’avis définitif de la HAS sera rendu à l’issue de la phase contradictoire. Le gouvernement s’appuiera sur cet avis définitif pour décider ou non de dérembourser l’homéopathie.