Les retraites

Le figaro.fr : Age de la retraite : Delevoye « ment par omission » selon le Medef

il y a 2 semaines, par infosecusanté

Age de la retraite : Delevoye « ment par omission » selon le Medef

Par Le figaro.fr

Publié le 10/04/2019

Le patron des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux, assure que l’âge légal de départ à la retraite devra impérativement reculer au-delà de 62 ans, contrairement à ce qu’affirme le haut-commissaire en charge de la réforme.

Jean-Paul Delevoye serait-il en train de mentir aux Français ? Pour le Medef, la réponse est oui. Le patron de l’organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux, estime que le haut-commissaire en charge de la réforme des retraites « est en train de mentir par omission ». Jean-Paul Delevoye ne cesse en effet d’affirmer que « les engagements pris devant les partenaires sociaux en octobre dernier maintiennent la possibilité de partir à la retraite à partir de 62 ans dans le nouveau système universel ». Or, « dire aux Français qu’on peut continuer avec un âge légal à 62 ans, c’est aller contre le simple bon sens de la démographie », a expliqué ce matin Geoffroy Roux de Bézieux, sur Cnews.

Le patron des patrons estime qu’« on peut travailler plus vieux et en pleine forme ». Par conséquent, « on ne peut pas dire aux Français, ‘on peut continuer de travailler’ et dire ‘tout va bien, dormez tranquille, on peut prendre sa retraite à 62 ans’. Ce n’est pas vrai ». Selon lui, seuls deux choix sont sur la table aujourd’hui : « baisser les pensions » ou « bouger l’âge légal ». C’est cette deuxième option qui a sa faveur. « Il faut retarder l’âge l’égal de départ à la retraite. Les Français le savent », assure-t-il. « Il ne faut pas mentir ».

Cacophonie
La position du Medef est soutenue par l’OCDE qui affirme, dans une étude publiée mardi, que la France devra s’acheminer vers un relèvement progressif de l’âge effectif du départ à la retraite à 64 ans d’ici 2025. De quoi alimenter la confusion autour de ce sujet explosif. Plusieurs membres du gouvernement ont jeté un pavé dans la mare ces derniers jours en affirmant qu’un report de l’âge légal de départ à la retraite était sur la table, avant de faire marche arrière. Mais tous s’accordent à dire que les Français devront travailler plus longtemps pour financer la dépendance et le grand âge, renvoyant la décision finale au président de la République.

Emmanuel Macron avait promis durant sa campagne de ne pas toucher à l’âge légal de départ. C’est cette promesse que Jean-Paul Delevoye remet systématiquement en avant. Cela fait plus d’un an qu’il l’explique aux syndicats et au patronat avec qui il discute de cette réforme censée instaurer un régime universel par point en remplacement des 42 régimes existants. Ce matin, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a tenté d’apaiser le débat en affirmant sur Radio Classique que « la mission confiée à Jean-Paul Delevoye ne porte pas sur l’âge de la retraite ». Les discussions doivent se terminer début mai, le haut-commissaire se tenant prêt à remettre ses propositions en juin.