Dans le monde

Open Democraty - Le service de santé ukrainien « ne paie pas les infirmières » alors que la Russie frappe les hôpitaux

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

mardi 29 novembre 2022, par SEMCHUK Kateryna

Depuis février, l’Organisation mondiale de la santé a recensé 703 attaques de la Russie contre des établissements de santé ukrainiens. Les travailleurs de la santé ukrainiens ne sont pas payés, car les effets de la réforme des soins de santé décidée avant-guerre affectent les salaires et la sécurité de l’emploi dans une économie ravagée par l’invasion russe.

Le personnel médical dans tout le pays a déclaré à Open Democracy qu’il n’avait pas reçu son salaire ces derniers mois, le résultat d’une réforme qui a débuté en 2018.

En juillet, le ministère ukrainien de la Santé a décidé que les hôpitaux situés en dehors des zones de conflit ne seraient payés que pour les services qu’ils fournissent aux patient·es, annulant ainsi la garantie donnée immédiatement après l’invasion russe selon laquelle les hôpitaux recevraient chaque mois un douzième de leur revenu annuel.

Dans le cadre du nouveau système de soins de santé ukrainien, le patient·e choisit l’endroit où il-elle veut être soigné·e et l’État, par l’intermédiaire du service national de santé ukrainien, paie ensuite l’hôpital choisi pour les services qu’il a fournis.

En d’autres termes, les hôpitaux ukrainiens doivent gagner des fonds en attirant davantage de patient·es. Le gouvernement a déclaré que le retour aux règles du marché intérieur permettrait une utilisation « plus efficace » des fonds publics pour les hôpitaux de première ligne touchés par l’invasion.

Mais alors que la guerre de la Russie frappe les finances de l’État ukrainien, ce système « l’argent suit le patient » a laissé au moins une douzaine d’hôpitaux et de cliniques confrontés à des problèmes budgétaires, incapables de payer les salaires des employé·es, ou se préparant à la fermeture de leurs installations, ont déclaré à Open Democracy des travailleur·euses de la santé à travers l’Ukraine.

Pour les travailleur·euses essentiels des hôpitaux ukrainiens, cela signifie une lutte pour joindre les deux bouts. Certains hôpitaux ont cessé de payer les salaires des infirmières et des autres membres du personnel de santé, ce qui a coïncidé avec la hausse des coûts quotidiens due à la dépréciation de la monnaie et à un taux d’inflation de 30 % causé par l’invasion russe.

Lutter pour les salaires

Dans l’ouest de l’Ukraine, le personnel médical de l’hôpital clinique régional des maladies infectieuses d’Ivano-Frankivsk n’a pas reçu l’intégralité de ses salaires en temps voulu depuis août. Le 7 novembre, certains membres du personnel n’avaient pas reçu de salaire depuis trois mois et près de 80 travailleur·euses ont manifesté devant l’hôpital, exigeant que la direction paie leurs salaires.

Alina, une infirmière de la clinique qui a souhaité garder l’anonymat par crainte pour son emploi, a déclaré à Open Democracy que les infirmières avaient reçu une avance de 200 hryvnias (environ 6 euros) pour le mois de novembre et qu’elles n’avaient toujours pas reçu les arriérés pour le mois d’octobre. Le salaire moyen des infirmières en Ukraine se situe entre 10 000 et 13 000 hryvnias par mois (263 à 342 euros).

Exprimant sa frustration, Alina a déclaré que les infirmières de son hôpital devaient souvent se battre pour que leurs salaires soient payés à temps, y compris pendant la pandémie, lorsque l’hôpital traitait un grand nombre de patients atteints du virus Covid et que les médecins recevaient des salaires plus élevés que d’habitude. Après leur protestation en novembre, Alina et ses collègues ont reçu leurs salaires pour les mois d’août et de septembre, explique-t-elle.

Le directeur de l’hôpital, Mykola Stovban, a déclaré à Open Democracy que les coûts salariaux mensuels des employé·es s’élèvent, en moyenne, à 3 600 000 (94 776 euros) hryvnias pour les 236 membres du personnel. Stovban a déclaré qu’entre août et novembre, l’hôpital n’a reçu qu’entre 60 et 70% de cette somme en raison du nombre de patient·es admis·es à l’hôpital, ce qui a entraîné un déficit.

Depuis le début de l’année, 36 membres du personnel de l’hôpital ont perdu leur emploi en raison de cette « optimisation », c’est-à-dire des réductions de personnel visant à réduire la pression budgétaire.

« Actuellement, l’hôpital n’est pas plein de patient·es, habituellement les lits ici sont remplis à 50% », a déclaré Stovban aux médias locaux. « Nous devons traiter cent patient·es par jour [pour gagner suffisamment d’argent] ».

M. Stovban a déclaré que l’hôpital percevait des revenus par le biais de contrats avec le service national de santé ukrainien et qu’il attendait actuellement des paiements supplémentaires pour octobre et novembre. Il a ajouté que 10 autres hôpitaux spécialisés sont confrontés au même problème d’insuffisance des salaires.

Les problèmes auxquels est confronté l’hôpital d’Ivano-Frankivsk sont typiques de la récente réforme du marché intérieur ukrainien. Le ministère de la Santé nie ces faits, déclarant aux médias locaux qu’il n’a pas de dettes impayées envers la clinique d’Ivano-Frankivsk. Il affirme avoir payé à la clinique 1 790 000 hryvnia (46 926 euros) en octobre, et 1 960 000 hryvnia (51 383 euros) en septembre. Le ministère de la Santé a déclaré que l’hôpital a un contrat pour sept ensembles de services médicaux, y compris, selon Stovban, avec un ensemble de financement supplémentaire de 5 000 000 hryvnias (131 079 euros) pour les salaires des employé·es pendant quatre mois.

Les salaires impayés sont un problème de long terme en Ukraine. Entre janvier et octobre 2022, le total des salaires dus aux travailleur·euses a atteint un milliard de hryvnias (26 millions d’euros), selon la Fédération des syndicats d’Ukraine, bien que 402,8 millions de hryvnias (10,5 millions d’euros) aient finalement été payés.

Le ministère ukrainien de la santé a déclaré à Open Democracy qu’il ne tenait plus de registre des salaires impayés ou du nombre d’hôpitaux menacés de fermeture (ou en cours de fermeture), car il a délégué ces fonctions aux autorités locales dans le cadre de la réforme des soins de santé.

« Le directeur de l’hôpital est responsable de la situation financière et du paiement des salaires des travailleurs de la santé », a déclaré le ministère.

Les hôpitaux menacés

Les problèmes auxquels est confronté l’hôpital d’Ivano-Frankivsk sont typiques de la récente réforme du marché intérieur de l’Ukraine. Dans le cadre de la première étape de la réforme des soins de santé en Ukraine en 2018, la propriété des établissements de soins de santé primaires a été transférée des institutions de l’État central aux administrations locales. Cela devait permettre aux administrations locales de signer des contrats avec le service de santé nouvellement créé et de recevoir un financement direct pour les services rendus aux patients à partir du budget de l’État.

Lors de la deuxième étape de la réforme, qui a débuté en avril 2020, au moment où le Covid a frappé le pays, les hôpitaux spécialisés ont commencé à fonctionner selon des contrats avec le ministère de la Santé. Depuis lors, les hôpitaux spécialisés sont financés sur la base des services rendus aux patients que l’État paie.

L’objectif initial de la réforme, lancée par l’ancienne ministre de la Santé Uliana Suprun, était de passer du financement des hôpitaux au financement des besoins des patients. Dans le même temps, la réforme visait à réduire les dépenses de l’État et la corruption, et à rendre les soins de santé plus accessibles aux Ukrainien·nes. Avant la réforme, bien que les soins de santé soient gratuits en Ukraine, les patient·es étaient contraint·es d’acheter des médicaments et de payer les soins de manière informelle en raison d’un financement insuffisant. Mais le nouveau système expose les hôpitaux spécialisés ou les hôpitaux des petites communautés rurales à un risque de fermeture. Avec la diminution du nombre de patients graves atteints de Covid, les pratiques actuelles de réforme des soins de santé remettent en question la nécessité même de cliniques spécialisées dans les maladies infectieuses comme celle d’Ivano-Frankivsk.

Oksana Slobodiana, du mouvement de santé « Be Like Nina » a rencontré l’ancien ministre de la Santé Maksym Stefanov sur les effets catastrophiques de la réforme des soins de santé.

« Cette réforme, d’après ce que je comprends, est très commerciale. J’observe qu’elle vise à rendre les soins de santé complètement privés », a déclaré Slobodiana à Open Democracy. « Les soins de santé [ukrainiens] ont toujours été financés par l’État. En fait, pendant 30 ans, [les soins de santé] ont été sous-financés et non développés. » « Et puis la réforme arrive et dit : bon, désolé, si l’hôpital est inefficace, alors il n’a pas le droit d’exister. Qui doit déterminer cette efficacité ? » demande Slobodiana.

Bien que la pandémie de Covid et l’invasion russe aient temporairement suspendu le processus de fermeture des hôpitaux ukrainiens dans le cadre de la réforme des soins de santé, M. Slobodiana pense que les fermetures d’hôpitaux pourraient s’accélérer, malgré le fait que les villes et les infrastructures ukrainiennes soient visées sans relâche par les frappes aériennes russes.

« Pourquoi ne pas transformer [ces hôpitaux inefficaces] en centres de réadaptation, de soins palliatifs ou de soins aux personnes âgées ? » demande Slobodiana. « Il est possible de résoudre ces problèmes en pensant aux Ukrainien·nes, plutôt qu’aux entreprises ».

La fermeture d’hôpitaux et de cliniques pourrait avoir des conséquences directes pour les Ukrainin·nes, d’autant plus que l’invasion russe a mis à rude épreuve le système de santé et les finances de l’État ukrainien. Depuis février, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé 703 attaques de la Russie contre des établissements de santé en Ukraine.

Les 22 et 23 novembre, des roquettes russes ont endommagé une maternité dans la ville de Zaporijia (sud-est) et une clinique locale à Koupiansk, dans l’est de l’Ukraine. À la suite d’une attaque massive de roquettes par la Russie contre l’Ukraine le même jour, les hôpitaux des grandes villes ont été privés d’électricité.

« Les attaques incessantes contre les infrastructures sanitaires et énergétiques font que des centaines d’hôpitaux et d’établissements de soins ne sont plus pleinement opérationnels et manquent de carburant, d’eau et d’électricité pour répondre aux besoins fondamentaux », a déclaré le directeur régional de l’OMS, le Dr Hans Kluge, lors d’une conférence de presse à Kiyv la semaine dernière.

M. Kluge a ajouté : « La crise énergétique dévastatrice, l’aggravation de l’urgence en matière de santé mentale, les contraintes qui pèsent sur l’humanitaire et le risque d’infections virales feront de cet hiver un test formidable pour le système de santé ukrainien. « Cet hiver mettra la vie de millions de personnes en danger en Ukraine. »

Le ministère de la Santé a déclaré qu’il n’était pas habilité à approuver la réorganisation ou la fermeture des hôpitaux, et qu’il ne détenait pas d’informations sur leur éventuelle fermeture.

Kateryna Semchuk

P.-S.
Publié par Open Democracy et reproduit par Europe solidaire sans frontière