Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

JIM - Comment se passer du passe ?

il y a 4 jours, par Info santé sécu social

Paris, le vendredi 8 octobre 2021

Le Conseil scientifique a rendu public un nouvel avis qui envisage (timidement) la fin du passe sanitaire alors qu’il considère que nous nous trouvons actuellement dans une situation « apaisée ».

Thèse, antithèse et manque de synthèse
Malgré cette situation épidémiologique nettement plus favorable qu’à l’orée de l’automne 2020, le Conseil tempère « Quelques éléments d’incertitude persistent cependant : l’impact du changement climatique associé à l’arrivée de l’automne » et « la perte progressive d’efficacité vaccinale contre l’infection ». Sur le moyen terme, le Conseil estime que cette situation apaisée pourrait se maintenir, ce qui pourrait correspondre à une installation endémique du virus avec des vagues limitées dans leur ampleur bien qu’il n’écarte pas totalement l’apparition d’un nouveau variant.

Dans ce contexte, le Conseil, cette année plus père Noël que père Fouettard s’interroge sur la fin du passe sanitaire.

Il énumère ainsi un certain nombre d’arguments en faveur de la levée rapide du passe : l’efficacité limitée de celui-ci comme mesure de protection, le risque de sa banalisation, les problèmes sociétaux et démocratiques qu’il n’évacue pas. En faveur du maintien du passe sanitaire, Jean-François Delfraissy et ses collègues voient le moyen de consolider la baisse épidémique actuelle…et surtout de ménager au pouvoir public une période de préparation de sortie de crise au cours de laquelle la vaccination des personnes vulnérables pourrait être complétée et serait favorisée l’injection de dose de rappel aux sujets éligibles.

Quoi qu’il en soit, le Conseil semble hésiter (contrairement au gouvernement) vis-à-vis du maintien du passe au-delà du 15 novembre, tout en envisageant des aménagements après cette date (en le restreignant à certaines zones géographiques). Mais cette dernière « déclinaison pourrait (…) devenir complexe et peu lisible pour la population (…) elle pourrait entretenir un sentiment de traitement inégalitaire des territoires ».

Quant à limiter le passe aux populations à risque, le Conseil l’exclut.

Quoi qu’il en soit, le Conseil suggère au gouvernement que les mesures de protections individuelles (masques, lavage des mains…) soient poursuivies et même renforcées dans les lieux publics, que la campagne de vaccination soit intensifiée concernant la troisième dose et que soit rétabli la doctrine Tester Alerter Protéger.

X.B.