Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

JIM - Déprogrammation d’interventions : la fronde des chirurgiens

il y a 4 jours, par Info santé sécu social

Paris, le mardi 29 septembre

Avec la remontée des indicateurs épidémiques de la Covid-19, certains hôpitaux ont déployé le plan blanc et d’ores et déjà des opérations chirurgicales programmées sont repoussées comme à l’AP-HP ou encore au CHU de Montpellier.

Mais les chirurgiens invitent à ne pas oublier les risques associés à de telles décisions.

Ainsi, l’UCDF (Union des chirurgiens de France) et le Bloc estiment que les conséquences « en matière de santé publique » seront « lourdes » et entraineront une « augmentation de la morbidité et de la mortalité du fait d’un retard de prise en charge ». Ils rapportent en outre que les effets des déprogrammations du confinement ne sont « pas encore résorbés à l’heure actuelle : des patients sont toujours en attente de leur intervention ».

Aussi, les chirurgiens plaident pour des mesures…chirurgicales !
« Autant cette mesure peut être nécessaire ponctuellement sur un territoire particulier en fonction de sa situation sanitaire, autant sa généralisation à la totalité des établissements de soins sur l’ensemble du territoire français comme en mars dernier aurait à nouveau des conséquences délétères : le Sars-CoV-2 n’est pas le seul danger qui menace nos patients » soulignent-ils.

« Les praticiens de l’UCDF et du BLOC resteront extrêmement attentifs à la pertinence de toute restriction à l’accès aux soins chirurgicaux » préviennent-ils également.

Déjà, début mai, ils soulignaient « édicté pour lutter contre le risque Covid, le plan blanc a maintenant des effets délétères pour la santé publique, alors même que l’épidémie est presque éteinte sur une grande partie du territoire. Son rapport bénéfice/risque est devenu catastrophique. »

Aux chirurgiens de rappeler malicieusement la phrase du ministre de la santé : « nous ne pouvons pas nous permettre de déprogrammer massivement l’activité chirurgicale réglée. »

X.B.