Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Le Monde.fr : Au Portugal, le sous-variant BA.5 d’Omicron inquiète

il y a 1 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : Au Portugal, le sous-variant BA.5 d’Omicron inquiète

Alors que les restrictions viennent d’être levées, les contaminations repartent à la hausse. Des experts recommandent le retour du masque en intérieur.

Par Sandrine Morel(Madrid, correspondante)

Publié le 04 juin 2022

Les plages de l’Algarve voient revenir les premiers vacanciers, les ruelles escarpées de Lisbonne renouent avec les nuées de touristes et les festivals de musique font résonner leurs amplis. Au Portugal, le tourisme a retrouvé son niveau prépandémique et la plupart des restrictions ont été levées. Mais la dernière vague de Covid-19, attribuée à la propagation du sous-variant BA.5 d’Omicron, inquiète de plus en plus les autorités sanitaires. Au point que de nombreux experts plaident désormais pour le retour du masque en intérieur, voire en extérieur s’il y a foule.

Avec près de 30 000 nouveaux cas par jour, 592 décès en avril et 863 en mai, les chiffres de l’épidémie rappellent ceux du mois de février. Le 1er juin, 47 personnes sont mortes du Covid-19 en une seule journée.

De très loin le pays de l’Union européenne le plus touché par la pandémie, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, et le deuxième au monde après Taïwan, le Portugal affiche une incidence de 3 559 cas par 100 000 habitants sur 14 jours (contre 405 en France), une positivité des tests de 54,4 %, et une mortalité de 43,6 par million d’habitants sur 14 jours (contre 12,1 en France). Les hôpitaux, eux, sont davantage épargnés que lors de vagues précédentes.

Les Portugais ont à peine eu le temps de savourer la levée de la plupart des mesures anti-Covid que les courbes se sont de nouveau affolées. Alors que l’obligation de porter le masque a été levée le 22 avril – à l’exception des transports en commun, des centres de santé et des résidences pour personnes âgées –, le 19 mai, la directrice générale de la santé publique, Graça Freitas, recommandait déjà son retour dans les bureaux et lors des événements en plein air. « Si je suis seule dans mon bureau, la fenêtre ouverte, je ne mets pas de masque. Si quelqu’un entre dans mon bureau, je mets un masque », a-t-elle expliqué de façon très schématique lors d’une interview sur la chaîne de télévision TVI.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Allemagne, le gouvernement échoue à imposer la vaccination obligatoire contre le Covid-19
Face à l’incompréhension des habitants, la ministre de la santé, Marta Temido, a exclu le retour au port obligatoire et généralisé du masque, et Mme Freitas a estimé qu’« à ce stade, une recommandation [était] suffisante ». Le Portugal fait en effet partie du peloton de tête des pays les plus vaccinés d’Europe – près de 95 % de la population adulte a reçu deux doses, et 76 % en ont reçu trois. Mais la directrice de la santé publique a souligné que le nouveau sous-variant se transmettait « encore plus que vite » et avait « la capacité d’échapper à notre système immunitaire », tout en précisant qu’il ne semblait pas plus grave.

Pas de quatrième dose
Alors que près de 78 % des décès liés au Covid-19 concernent des personnes de plus de 80 ans, elle a en outre exclu l’administration d’une quatrième dose à l’ensemble de la population et remis à l’automne la présentation du prochain calendrier vaccinal.

Le groupe de surveillance de la pandémie de Covid-19 de l’Institut supérieur technique de Lisbonne a publié un rapport, le 24 mai, dans lequel il estime que la hausse de la mortalité devrait se poursuivre tout le mois de juin. Lui aussi recommande le retour du port du masque lors des concerts et des événements en plein air et en intérieur si une distance de deux mètres ne peut pas être respectée entre deux personnes. Selon les chercheurs, l’augmentation brusque de l’incidence « est probablement due au retrait brutal de l’utilisation du masque dans presque toutes les circonstances et à la nouvelle lignée BA.5 du variant Omicron ». L’un des coauteurs du rapport, le mathématicien Henrique Oliveira, considère que « les hospitalisations, les placements en soins intensifs et les décès resteront élevés jusqu’au 25 juin ». Quelque 200 000 personnes sont actuellement contaminées dans ce pays d’à peine 10 millions d’habitants.

Les craintes, ces derniers jours, se fondent sur une prolongation possible de cette vague. Le 26 mai, la ministre de la présidence, Mariana Vieira da Silva, a déclaré que le pic d’infections au BA.5 semblait avoir été franchi dans le pays. Mais la courbe, qui n’a pas fléchi, a même repris une direction ascendante.

Sandrine Morel(Madrid, correspondante)