Politique santé sécu social du gouvernement

Liberation.fr : « Il est clair que la santé n’est pas la priorité de ce gouvernement »

il y a 1 mois, par infosecusanté

« Il est clair que la santé n’est pas la priorité de ce gouvernement »

Malgré la présentation d’un plan de mesures qui se voulait rassurant, le monde hospitalier demeure inquiet. Plusieurs centaines de praticiens s’alarment de la faiblesse des moyens, dans une pétition dont « Libération » a eu la primeur.

7 octobre 2018

Ils se disent déçus, et surtout dépassés. Ne veulent pour autant pas noircir trop vite l’horizon. « Mais cela peut exploser à tout moment », lâche un ancien directeur des hôpitaux. « L’attente d’une véritable réforme était très forte, voire trop forte. On ne croit plus aux promesses », s’inquiète une infectiologue de l’hôpital d’Argenteuil (Val-d’Oise). Plus direct encore, ce propos d’un syndicaliste hospitalier : « Après coup, on peut dire que ce fut un non-événement, en tout cas pour l’hôpital. »

Deux semaines après l’annonce du plan santé 2022 par le président de la République, le scepticisme prévaut dans le monde hospitalier. Ce plan - dont un des objectifs était de redonner un peu d’espoir et de rassurer médecins comme infirmières - laisse manifestement le secteur sur sa faim. A l’image de la nouvelle pétition initiée par le professeur André Grimaldi, diabétologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, et signée par quelques centaines de praticiens hospitaliers, que nous publions sur notre site.

Né d’un collectif apparu lors de l’appel des 1 300 hospitaliers pour une réforme profonde du système, ce texte est brutal. Sans ambiguïté. Certes, les signataires prennent soin de se féliciter du diagnostic établi par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, mais pour le reste, ils s’alarment. « Nous sommes inquiets, très inquiets de l’absence de mesures financières significatives. »

Plus grave encore, les pouvoirs publics ont fait le choix, pour les signataires, de ne pas investir dans la santé. « Les 400 millions d’euros en plus pour 2019 correspondent à un plan d’économie de 1,5 %, compte tenu d’une augmentation des charges de 4 % et sans compter le taux d’inflation annuelle évalué à 1,5 %. Cela adresse un triste message », note l’appel. « La rigueur cumulée année après année se termine en austérité et en dégradation du service rendu aux malades […]. Le gouvernement ne desserre toujours pas le garrot placé depuis 2008 autour du cou de l’hôpital public, poursuivent les signataires. Aucune augmentation du salaire des infirmières et des aides soignantes n’est à ce jour programmée, alors même que leur niveau de rémunération se situe au 26e rang des 29 pays de l’OCDE. » Quant à la tarification à l’activité (T2A), dont la remise en cause était annoncée comme la réforme-clé, « elle reste le mode de financement largement dominant ». Et de conclure : « Nous déplorons que le grand plan santé 2022 ne se donne pas les moyens de ses ambitions. » Sévère. Comme si toute la montée en pression de ces derniers mois n’avait accouché que d’une souris.

« L’armée ou la police »

Gérard Vincent, très bon connaisseur du milieu et ancien délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF) se montre, lui aussi, pour le moins circonspect : « Le plan ? Il est clair que la santé n’est pas la priorité de ce gouvernement. C’est la police ou l’armée entre autres, mais pas la santé. C’est un choix. » Et il détaille : « La régulation des dépenses de santé se fait et va continuer de se faire sur le dos de l’hôpital. Cela se traduit par un déficit des hôpitaux en 2018 qui sera le double de celui de 2016. » Il enchaîne : « Le plan nous dit qu’il faut faire travailler le secteur public avec les établissements privés. Evidemment, mais cette coopération ne se décrète pas. Les hôpitaux publics ne vont pas se mettre du jour au lendemain à aimer le privé et réciproquement. Or, aucune contrainte pour les pousser à travailler ensemble n’a été prévue. » Pour Gérard Vincent, il risque, du coup, de ne rien se passer, « à moins que les pouvoirs publics ne touchent vraiment à la restructuration des hôpitaux, et en particulier qu’ils se mettent à transformer un grand nombre d’hôpitaux généraux de taille moyenne en hôpitaux de proximité. Si tel est le cas, il y aura de vrais gains de productivité. Mais le feront-ils ? »

D’autres observateurs insistent sur l’absence de toute revalorisation salariale pour le personnel non médical, aides soignantes comme infirmières. « Comment redonner le moral ? Comment vivre pour une aide soignante à Paris avec 1 300 euros net par mois ? Et 1 800 pour une infirmière ? Ce n’est pas possible, d’autant que la pression sur leur travail augmente, note ce chef de service parisien. Or, on ne veut pas régionaliser en partie les rémunérations. »

Réforme des retraites

André Grimaldi constate, lui, avoir été « surpris du succès immédiat de [cet] appel ». Une réaction qui fait écho à celle du professeur Bruno Riou, doyen de Sorbonne Université, la plus importante faculté de médecine, et personnage-clé des hôpitaux parisiens. Dans une lettre adressée au directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, avant l’annonce du plan présidentiel, il concluait par ces mots très diplomatiques : « Il est urgent de donner un signal apaisant afin de faire revenir rapidement un peu de sérénité, d’autant que je crains que les annonces prochaines du ministère de la Santé soient pauvres en contenu pour l’hôpital et, par conséquent, aussi génératrices d’inquiétudes. »

Dans ce ministère de la Santé et de la Solidarité, on semble déjà parti sur autre chose : la réforme des retraites. Et on explique qu’il est encore tôt pour décrire la mise en forme du « vaste chantier » de la santé annoncé. Jusqu’à quand ? Un autre médecin de l’hôpital d’Argenteuil lâche, fataliste : « Vous verrez quand la grippe va arriver, ce seront les mêmes discours, les mêmes inquiétudes et à nouveau les mêmes promesses. »

Eric Favereau