L’hôpital

Lequotidiendumedecin.fr : Des plans blancs en cascade, indice de la saturation des hôpitaux

il y a 3 jours, par infosecusanté

Lequotidiendumedecin.fr : Des plans blancs en cascade, indice de la saturation des hôpitaux

PAR VÉRONIQUE HUNSINGER -

PUBLIÉ LE 03/12/2021

La Corse est la première région en France à avoir déclenché jeudi soir son plan blanc à l’échelle de son territoire. « Cette décision a été prise après concertation de l’ensemble des acteurs concernés, justifie l’agence régionale de santé (ARS). Au regard d’une reprise forte de la circulation virale de Covid qui, en cette saison, s’ajoute aux épidémies hivernales, et de l’intensification de l’impact hospitalier qui en découle, la directrice générale a décidé d’activer une nouvelle fois le plan blanc régional, en complément de la mobilisation déjà exceptionnelle des établissements de santé. »

Cette décision va ouvrir la possibilité de déprogrammations « décidées de façon collégiale par la communauté médicale » qui s’accompagneront « d’une analyse bénéfices/risques en fonction de la situation du patient pour éviter une perte de chance à court terme. » Il permet également de mobiliser les établissements privés pour absorber les urgences chirurgicales.

Forte tension aux urgences

Pas de plan blanc régional en Alsace mais, depuis hier, ses trois principaux hôpitaux l’ont déclenché à leur niveau. Alors que le taux d’incidence du Covid ne cesse de croître dans le Grand Est, qui avait déjà été durement touché pendant la première vague, le CHRU de Strasbourg a annoncé jeudi le déclenchement du plan blanc, le nombre de patients hospitalisés ayant doublé en l’espace de 15 jours ce qui correspond au pic atteint en mai 2021 avec 74 patients, dont 18 en réanimation.

Ces hospitalisations s’ajoutent à un contexte hospitalier « en forte tension », précise l’hôpital avec « plus de 650 dossiers de régulation par jour au Samu, dont 30-40 cas Covid et plus de 200 patients par jour aux services d’urgences ». Pour autant, « ce déclenchement ne signifie pas un rappel immédiat et de grande ampleur des professionnels, mais doit permettre d’adapter, voire de réorganiser, l’ensemble des activités afin de venir en appui aux services critiques saturés » précise le CHRU.

Unités dédiées

La veille, les deux centres hospitaliers haut-rhinois de Colmar et de Mulhouse avaient dû faire de même. « Pour faire face à un besoin de lits Covid important, les deux établissements se réorganisent pour recréer des unités dédiées à la prise en charge de ces patients » , ce qui nécessite « dans certains cas de différer des activités de soins programmés » indiquent le Groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace (GHRMSA) et les Hôpitaux civils de Colmar (HCC).

Le Samu du Haut-Rhin enregistre une hausse des appels liés au Covid, qui est concerné par plus de 20 % des appels journaliers. L’hôpital de Mulhouse avait déjà dû brièvement déclencher le plan blanc fin septembre-début octobre, en raison du manque de soignants dans cet établissement où près de 170 salariés non vaccinés étaient suspendus.

La liste s’allonge

Ces trois déclenchements de plan blanc s’ajoutent à une liste qui risque de s’allonger. Les Hospices civils de Lyon (HCL) y réfléchissent. Au cours la semaine qui s’achève, la décision d’activation a été prise dans des grands comme des petits hôpitaux. Le CH du Mans l’a annoncé dès lundi soir en « raison de la saturation des urgences » dans la Sarthe.

Le groupement hospitalier de territoire Rance-Emeraude (CH de Saint-Malo, Cancale et Dinan) s’y est résolu mardi, deux semaines après le CHU de Rennes qui avait ouvert le bal le 19 novembre en raison de la forte sollicitation des services d’urgences. « Une hausse des passages de 9 % avait déjà été constatée entre l’été 2019 et 2021, a indiqué le CHU breton. Cette hausse s’est particulièrement accentuée depuis le mois de septembre/octobre dernier (+18 % en septembre et +14 % en octobre) portant le nombre de passage à 180 avec des pics à 200 au lieu de 165 ».

On peut également citer le CH Annecy Genevois qui a déclenché son plan blanc mercredi comme le groupement hospitalier Brocéliande-Atlantique (GHBA) pour ses hôpitaux de Vannes et Ploërmel dans le Morbihan, le CH de Cherbourg ou encore, la veille, celui de Saint-Nazaire.

Si la situation sanitaire ne s’améliore pas, d’autres plans blancs régionaux pourraient être décidés, à moins que le ministère – qui n’a jamais caché son inquiétude pour la situation hospitalière pendant les fêtes de fin d’année – ne décide, comme en mars 2020, du déclenchement du plan blanc national.