L’hôpital

Libération - CheckNews - Le ministre de la Santé reconnaît finalement que certains services d’urgence sont fermés

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

Après avoir refusé de parler de fermeture pour préférer le concept d’accès régulé vers les services d’urgence, François Braun fait désormais état de huit services d’urgence n’accueillant « plus personne » en France.

Publié le 10 août 2022

Il y a encore une semaine François Braun maintenait qu’« il n’y a pas de fermetures d’urgences », en contradiction avec les remontées des professionnels de santé, comme le racontait CheckNews le 5 août. Le ministre de la Santé et de la Prévention a finalement fait évoluer son discours en reconnaissant, mercredi 10 août, que plusieurs services étaient actuellement fermés en France.

Le ministre a ainsi déclaré sur RTL : « En termes de fermetures, c’est-à-dire un service d’urgence qui n’accueillerait plus personne, il y en avait quatre avant le mois de juillet, il y en a huit aujourd’hui. » Le ministre vise donc spécifiquement les services d’urgence fermés de jour comme de nuit.

546 nuits de fermetures en juillet
Mais d’autres services d’urgence, beaucoup plus nombreux, sont contraints de fermer uniquement une partie de la journée. Ce qu’a montré une enquête sur la situation des services d’urgences en juillet 2022 conduite par Samu-Urgences de France, l’organisation que présidait François Braun avant son arrivée au gouvernement. Comme l’expliquait CheckNews, SUdf y rapportait que « 42 établissements ont été contraints de réaliser une fermeture totale de nuit de leur SU [service d’urgences] pour un nombre cumulé de 546 nuits en juillet. De jour, ce sont 23 établissements qui ont réalisé une fermeture totale pour un nombre cumulé de 208 jours ». Dont « certains sont les mêmes », précisait Marc Noizet, nouveau président de SUdf.

Ces chiffres ne sont pas d’ailleurs exhaustifs, puisque pour cette enquête, « 331 établissements ayant un SU ont adressé une réponse, soit environ la moitié des SU du territoire national ». Le nombre exact de services d’urgences contraints de fermer leurs portes pourrait donc être encore plus élevé.